Ecoutez Radio Sputnik
    Google

    «Pas de logique, juste une idéologie»: les médias conservateurs se retrouvent sur une nouvelle «liste noire» de Google

    © Flickr/ Robert Scoble
    International
    URL courte
    7515
    S'abonner

    À l'heure actuelle, 23 candidats démocrates se battent pour avoir une chance de devenir candidat à l'élection présidentielle de 2020 et défaire le Président sortant Donald Trump, qui tentera d'être réélu. Google aurait établi une «liste noire» de médias et presque exclusivement ciblé des sources conservatrices.

    Zachary Vorhies, ex-ingénieur informaticien chez Google, a récemment fait des révélations stupéfiantes, selon lesquelles des centaines de documents internes du géant du Web montrent que l’entreprise a pu cibler des entreprises conservatrices à l'aide d'une vaste gamme d'outils, en les mettant sur sa «liste noire».

    Parmi les sites mentionnés dans le fichier divulgué figurent des médias de droite tels que le National Enquirer, le People's Pundit Daily, le Gateway Pundit, Media Matters, InfoWars et bien d’autres. Certains de ces éditeurs ont déjà rencontrés des problèmes de blocage de leur contenu par des entreprises de technologie et ont déclaré ne pas être «surpris» de se retrouver sur la «liste noire» alléguée de Google.

    Richard Baris, éditeur de données journalistiques au People's Pundit Daily (PPD), l’un des sites Internet de droite figurant sur cette «liste noire», qui ont récemment connu une baisse rapide du nombre de visites, a déclaré que le média était déçu par la décision de Google, en particulier parce que le PPD a toujours agi de manière transparente et aligné son travail sur les principes du projet Trust, un consortium mondial d’organismes de presse prônant la transparence et la responsabilité dans le secteur de l’information.

    M.Baris a déclaré qu'à sa connaissance, le DPP «n'a jamais publié de rapport […] jugé inexact par des vérificateurs indépendants». Il a également rappelé que le PPD faisait partie des rares médias qui ont correctement prédit la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine de 2016, démontrant ainsi la qualité de son contenu.

    Mais le Pundit Daily s'est toujours retrouvé sur cette «liste noire» de Google. M.Baris ne voit aucune raison pour que le Pundit Daily du peuple ait été ajouté à la liste. Selon lui, «Il n’y a pas de logique, juste une idéologie à la base de cette décision».

    Bien qu'on ne sache pas du fait que le People's Pundit Daily se soit retrouvé sur la «liste noire» Google, selon une analyse de la couverture réalisée par Similar Web, les visites du site Web ont fortement chuté après avril 2019, passant d'environ 74.000 visiteurs à 26.000.

    Ethan Ralph, fondateur du Ralph Retort, autre site Web de droite figurant sur la «liste noire» de Google, a déclaré que le fait de retrouver son site cette liste était «amusant», mais pas surprenant.

    Jim Hoft, fondateur du média conservateur de droite le Gateway Pundit, également inclus dans la prétendue liste, n'a également pas été surpris d’y trouver son site Internet. Il a relevé que les éditeurs conservateurs rencontraient des problèmes similaires avec les entreprises de haute technologie depuis l’élection présidentielle de 2016 aux États-Unis.
    «Comme Sputnik et d'autres, nous avons été matraqués par les géants de la technologie libérale depuis. Facebook cache notre contenu. Google nous enterre dans les résultats de recherche. Twitter nous a bannis», a déclaré M.Hoft.

    Néanmoins, le fondateur du Gateway Pundit a déclaré que le site Web grandissait d'année en année, parce que «les gens veulent la vérité et non pas le non-sens de collusion russe». Dans le même temps, Hoft a exprimé l’espoir que la Maison-Blanche ne restera pas passif face à cette situation et agira pour mettre fin à «la partialité et la duperie des géants de la technologie avant qu’il ne soit trop tard».

    Le dénonciateur Zachary Vorhies est notamment préoccupé par le fait que Google puisse utiliser sa position dominante pour influer sur les élections américaines.

    Le fondateur du Ralph Retort estime que les dernières fuites ont clairement montré que Google et des entreprises similaires avaient activement essayé de «manipuler» les élections américaines en faveur du candidat démocrate «au nom d'Hillary Clinton» en 2016. Il a affirmé que de tels «monopoles malhonnêtes» devaient être cassés dès que possible.

    Phill Crapidy, rédacteur en chef du Right Side News, un site de droite visant à couvrir les actualités sous-représentées dans les grands médias, a rappelé qu'au cours de l'élection présidentielle de 2016, les éditeurs conservateurs avaient été sévèrement «battus, maltraités, calomniés et diffamés», alors que leurs voix étaient pratiquement «inaudibles».

    Dans le même temps, les médias de gauche ont prospéré et ont été récompensés pour leurs articles sur la «théorie de la complicité russe», aujourd'hui démentie. L'enquête de deux ans menée par l'avocat spécial Robert Mueller a prouvé qu'il n'y avait aucun signe de collusion de la campagne Trump avec le gouvernement russe.

    Les révélations de M. Vorhies sur la prétendue «liste noire» de sources de droite établie par Google surviennent dans le contexte d'un nouveau cycle électoral aux États-Unis. Donald Trump a récemment accusé Google d'avoir manipulé entre 2,6 et 16 millions de voix lors de l'élection de 2016 en faveur de son adversaire, Hillary Clinton.

     

    Le moteur de recherches Google semble avoir «une liste noire» de sites classés selon leur crédibilité, dont certains n’apparaissent pas dans les résultats de recherche.

    Tags:
    Google, liste noire, médias, Présidentielle américaine 2016, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik