International
URL courte
Incendies en Amazonie (12)
141113
S'abonner

Le Président brésilien Jair Bolsonaro a autorisé le 23 août la mobilisation de l'armée en Amazonie pour lutter contre les incendies, mais a estimé que ces feux ne pouvaient «servir de prétexte» à des sanctions internationales.

Jair Bolsonaro a estimé vendredi 23 août que les incendies en Amazonie ne pouvaient «servir de prétexte à d'éventuelles sanctions internationales», assurant que «des pays» défendraient le Brésil au sommet du G7 ce week-end à Biarritz, en France.

«Les incendies de forêt existent dans le monde entier et cela ne peut pas servir de prétexte pour d'éventuelles sanctions internationales», a déclaré le chef de l'État brésilien dans une brève allocution à la télévision. 

Par décret, le Président a autorisé à partir de samedi et pour une durée d'un mois les gouverneurs des États concernés à recourir à l'armée pour «l'identification et la lutte contre les foyers d'incendies», ainsi que pour «des actions préventives et répressives contre les délits environnementaux».

Dans la foulée, Donald Trump a proposé au Président brésilien l'aide des États-Unis. «Je viens de parler au Président Jair Bolsonaro. Je lui ai dit que si les États-Unis pouvaient aider concernant les incendies en Amazonie, nous étions prêts à le faire!», a tweeté le Président américain, cité par l'AFP.

De l'autre côté de l'Atlantique, le Président Emmanuel Macron a accusé M. Bolsonaro d'avoir «menti» sur ses engagements climatiques et a décidé de s'opposer à l'accord de libre-échange UE-Mercosur.

Dossier:
Incendies en Amazonie (12)

Lire aussi:

Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Les Français tués au Niger étaient en mission humanitaire, selon la Défense nigérienne
Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Tags:
sanctions, incendie, Donald Trump, Emmanuel Macron, Jair Bolsonaro, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook