International
URL courte
Gazoduc Nord Stream 2 (260)
21398
S'abonner

Selon le ministre de l’Énergie américain Rick Perry, les États-Unis se préparent à introduire de nouvelles sanctions contre la Russie à cause du projet Nord Stream 2.

La Russie pourrait faire face à de nouvelles sanctions de la part des États-Unis en lien avec Nord Stream 2. Le ministre de l’Énergie Rick Perry l’a annoncé lors d’une conférence de presse tenue à Varsovie ce samedi 28 août.

Nord Stream 2
© Sputnik . Ilya Pitalyow

«Je dirais plutôt "oui"», a-t-il répondu, interrogé par des journalistes qui lui ont demandé si son pays prévoyait d’introduire de nouvelles sanctions contre la Russie à cause du Nord Stream 2.

Il a tenu à souligné que ces questions sont «en train d’être discutées au plus haut niveau aux États-Unis».

Le Nord Stream 2

Le projet Nord Stream 2 a été mis au point par la société russe Gazprom, en coopération avec les entreprises européennes Engie, OMV, Shell, Uniper et Wintershall. Il prévoit la construction d’un gazoduc d’une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes par an qui reliera le littoral russe à l’Allemagne via la mer Baltique.

En juin, Gazprom a annoncé que la construction du gazoduc était achevée à 59%. Il doit être mis en exploitation d’ici fin 2019.

Le projet est critiqué par la Lituanie, la Lettonie et la Pologne qui le qualifient de politiquement motivé. 

Moscou a signalé à maintes reprises que Nord Stream 2 était un projet purement économique qui répondait aux intérêts européens.

 

Dossier:
Gazoduc Nord Stream 2 (260)

Lire aussi:

Qui peut risquer la mort en consommant du miel? Une nutritionniste répond
Erdogan: la Turquie poursuivra ses explorations géologiques en Méditerranée malgré les menaces de sanctions
«Le port du masque ne sert absolument à rien», lance une conseillère municipale à Nice, causant une polémique
Un voleur parvient à tenir tête à de nombreux policiers et à en blesser huit à Béziers
Tags:
États-Unis, Russie, politique, économie, Nord Stream 2
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook