International
URL courte
325241
S'abonner

Selon le Président turc, il n’existe aujourd’hui «presque pas» de pays développés qui ne disposent pas de l’arme nucléaire, alors que son pays est privé de cette possibilité.

Le fait que la Turquie soit privée de la possibilité de développer sa propre arme nucléaire est injuste, selon Recep Tayyip Erdogan.

Intervenant dans la ville de Sivas (est), le leader turc a qualifié d’inacceptable la situation dans laquelle certains pays, dont le sien, sont sous pression pour ne pas se doter d’une bombe atomique:

«Certains pays possèdent des missiles avec des têtes nucléaires, mais je ne devrais pas en avoir. Je n’accepte pas cela», a déclaré M.Erdogan.

D’après lui, il n’existe aujourd’hui «presque pas» de pays développés qui ne disposent pas d’arme nucléaire.

«Israël se trouve tout près de nous. Est-ce qu’il possède une arme nucléaire? Oui. Et il menace de l’employer», a affirmé le Président.

La Turquie est depuis 1980 signataire du Traité de non-prolifération nucléaire.

Ankara consolide son potentiel défensif

Recep Tayyip Erdogan a également souligné que son pays était en train d’œuvrer pour le renforcement de ses capacités militaires. À titre d’exemple, il a cité le récent achat de systèmes de missiles russes S-400 en dépit des pressions américaines.

Washington a réagi à la décision d’Ankara d’acquérir les S-400 russes en l’éjectant de son programme d’avion furtif F-35. La partie US craint que la Russie ne rassemble des informations techniques stratégiques sur le nouveau F-35 si celui-ci était utilisé aux côtés d’un S-400.

Lire aussi:

Un automobiliste fonce sur une foule en Allemagne, un mort et des blessés
Attentat de Nice: «c’est le début de la guerre civile en France»
L'identité de l'auteur de l'attaque à Notre-Dame de Nice établie
Attaque au couteau à Notre-Dame de Nice, trois victimes dont deux égorgées
Tags:
Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), F-35 Lightning II, S-400, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, armes nucléaires
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook