Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Trump promet d'interdire les cigarettes électroniques aromatisées aux États-Unis

    © REUTERS / Leah Millis
    International
    URL courte
    122613
    S'abonner

    Donald Trump a annoncé qu'il envisageait une interdiction aux États-Unis des cigarettes électroniques aromatisées après la mort de six personnes ces dernières semaines.

    Le locataire de la Maison-Blanche a déclaré mercredi qu'il envisageait une interdiction aux États-Unis des cigarettes électroniques aromatisées.

    «Cela crée plein de problèmes [...]. Nous allons peut-être devoir décider quelque chose de ferme», a déclaré Donald Trump dans le Bureau ovale, cité par les médias occidentaux.

    Cette année, six personnes sont décédées de maladies pulmonaires aiguës et des centaines d'autres sont tombées malades après avoir vapoté des recharges contenant du THC et d'autres additifs en cours d'analyse, rappelle l'AFP.

    En 2016, l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) avait mis les cigarettes électroniques dans le giron des produits au tabac, et a donc le pouvoir d'en réguler le marché. Selon le secrétaire à la Santé Alex Azar, un texte réglementaire sera publié dans plusieurs semaines.

    La FDA a déjà engagé de multiples offensives contre les fabricants de cigarettes électroniques accusés de cibler les jeunes dans leur marketing. Rien qu'en août, elle a sommé quatre fabricants de retirer 44 recharges et autres liquides aromatisés de la vente.

    San Francisco a déjà interdit la vente de e-cigarette

    Le 22 juin dernier, San Francisco est devenue la première grande ville américaine à interdire sur son territoire la vente de cigarettes électroniques, par un vote à l'unanimité de son conseil municipal.

    L'ordonnance s'applique aussi aux produits à base de tabac aromatisé mais elle ne punit pas la possession ou l'usage de cigarettes électroniques.

    Tags:
    santé, interdiction, e-cigarette, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik