International
URL courte
1117
S'abonner

Rattrapé par une vieille photo le montrant recouvert de maquillage foncé, Justin Trudeau a rejoint le triste palmarès des célébrités prises en flagrant délit de blackface.

En pleine campagne pour les législatives, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a été contraint de présenter ses excuses pour une photo de 2001 qui le montrait grimé en Noir lors d’une soirée déguisée. Il a reconnu avoir commis une action «raciste» sans en avoir conscience à l’époque.

Or, cette pratique dite du blackface a une longue histoire qui semble toujours loin de toucher à sa fin. Au cours de ces dernières années, plusieurs célébrités accusées d’y avoir recouru ont dû se justifier avec plus ou moins de succès.

Griezmann déguisé en basketteur

La star de la sélection française de football avait déclenché la polémique fin 2017 lorsqu’il avait publié sur sa page Twitter une photo le présentant déguisé en joueur des Harlem Globetrotters, une équipe de basketball composée à l’origine uniquement de joueurs noirs.

Problème, le footballeur n’a pas seulement enfilé la tenue officielle de l’équipe, mais il s’est aussi peint la peau en marron et s’est coiffé d’une coupe afro. Face au mécontentent de nombreux internautes, Griezmann a expliqué qu’il s’agissait pour lui de rendre hommage aux basketteurs, mais cela n’a pas convaincu ses détracteurs. En fin de compte, le footballeur a supprimé la photo controversée avant de présenter ses excuses.

Chaussures racistes de Katy Perry

Tout récemment, c’est Katy Perry qui s’est retrouvée dans le pétrin à cause du design de ses chaussures, accusées de reproduire le blackface:

Après une avalanche de réactions sur les réseaux sociaux, la marque de Katy Perry a finalement retiré sa collection de chaussures du marché. Dans un communiqué, Global Brands Group, la société qui gère la marque de la pop star se dit «attristée» que son design ait été comparé à des «images douloureuses».

Hommage de Beyoncé aux «reines africaines»

Pour célébrer ses 90 ans en 2011, le magazine de mode L’Officiel s’est offert la chanteuse américaine Beyoncé en couverture pour rendre hommage aux reines africaines. Selon le magazine Closer, qui a évoqué le premier cette parution, elle était censée marquer un retour de Beyoncé «à ses origines africaines» comme en témoigne «son visage volontairement noirci».

Cet hommage n’a toutefois pas suscité d’enthousiasme unanime. «Pourquoi ce besoin de ce noircir le visage pour rendre hommage à ses ancêtres africains? Pourquoi avoir choisi Beyoncé, qui a été plusieurs fois critiqué aux États-Unis pour s’être éclairci le teint au point de devenir plus blanche que sa mère créole?», demandait à l’époque le site Afrik.com.

Les sombres origines du blackface

La pratique du blackface remonte aux minstrel shows américains de la première partie du XIXe siècle, des spectacles pendant lesquels des Blancs se noircissaient le visage pour incarner des Noirs et se moquer d’eux. Se peindre le visage en noir renvoie ainsi à une représentation des personnes de couleur comme étant des personnages attardés et grossiers.

En 1828, le chanteur blanc Thomas Rice a peint son visage pour jouer un esclave en situation de handicap nommé Jim Crow. Une cinquantaine d’années plus tard, ce personnage donnera son nom aux lois de ségrégation raciale, en vigueur dans les États du Sud jusqu’en 1964.

Selon David Leonard, professeur à l’université d'État de Washington, le blackface a été utilisé pour dépeindre les Afro-Américains «comme n’étant pas humains» et pour «justifier et normaliser la violence» à leur égard. Somme toute, il s’agit d’une pratique avec un passé trop lourd pour qu’elle soit banalisée.

Lire aussi:

Augmentation de plus en plus forte du nombre journalier de cas de Covid-19 en France
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
La Palestine qualifie de «trahison» l'accord israélo-émirati et rappelle son ambassadeur à Abou Dhabi
Les USA renforcent encore leurs sanctions contre la France
Tags:
racisme, Canada, Katy Perry, Antoine Griezmann, Beyoncé, Justin Trudeau
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook