Ecoutez Radio Sputnik
     Juan Guaido

    Juan Guaido soupçonné de liens avec un cartel de la drogue après la publication de photos

    © AP Photo / Fernando Llano
    International
    URL courte
    7375
    S'abonner

    Le procureur général vénézuélien Tarek William Saab a déclaré, des photos de l’opposant Juan Guaido avec des membres présumés du groupe paramilitaire Los Rastrojos à l’appui, que les criminels éliminaient les témoins du passage du chef de l’opposition en Colombie.

    Le groupe paramilitaire Los Rastrojos élimine les témoins de ses rapports avec l’opposant Juan Guaido, a annoncé le procureur général du Venezuela Tarek William Saab démontrant, pour appuyer sa thèse, des photos publiées sur les réseaux sociaux.

    «L’homme sur cette photo est un citoyen de Colombie surnommé Menor. Des membres du groupe paramilitaire de trafiquants de drogue Los Rastrojos ont tenté de le trouver pour le tuer, mais ils n’ont pas réussi et ont tué ses parents et ses proches: quatre personnes. Selon l’hypothèse de l’enquête, pour le faire taire sur les liens entre Guaido et Los Rastrojos», a déclaré le fonctionnaire lors d’une conférence de presse retransmise sur son compte Twitter.

    Le procureur vénézuélien a présenté via Twitter d’autres images de Guaido avec le chef présumé des cellules du cartel chargées des kidnappings sur le territoire de l’État vénézuélien de Tachira.

    Le parquet vénézuélien mène une enquête sur les événements du 23 février dernier. Selon les enquêteurs, Juan Guaido est entré en contact avec Los Rastrojos pour franchir illégalement la frontière.

    Explications de Guaido

    Juan Guaido avait précédemment déclaré que les photos publiées initialement par le quotidien espagnol El Pais avaient été prises lors d’un concert de bienfaisance à Cucuta, en Colombie, où il s’était rendu malgré l’interdiction de quitter le Venezuela afin de collecter de l’aide humanitaire. Il avait affirmé qu’il ne connaissait pas ces individus et qu’il n’avait pas demandé à ce que lui soient présentées les personnes qui voulaient prendre une photo avec lui.

    Crise politique au Venezuela

    Le Venezuela traverse une crise politique depuis que le chef de l’opposition, Juan Guaido, dont la nomination au poste de président de l’Assemblée nationale avait été annulée par la Cour Suprême, s’est autoproclamé le 23 janvier «Président en exercice». Le même jour, les États-Unis, les pays du Groupe de Lima sauf le Mexique, l’Organisation des États américains (OEA) et plusieurs autres pays ont reconnu M.Guaido comme Président par intérim. Nicolas Maduro a estimé que les États-Unis avaient essayé d'organiser un coup d'État au Venezuela et a rompu les relations diplomatiques avec ceux-ci. La Russie, la Biélorussie, la Bolivie, l’Iran, la Chine, Cuba, le Nicaragua, le Salvador, la Syrie et la Turquie ont exprimé leur soutien au Président Maduro.

    L’opposition vénézuélienne a essayé le 23 février dernier de faire parvenir depuis la Colombie une aide «humanitaire» dans le pays, que le Président légitime Maduro refuse d’accueillir. Le gouvernement de M.Maduro indique qu’il n’y a pas de crise humanitaire au Venezuela et que les tentatives d’acheminer une aide sont une provocation qui sert à cacher une agression contre le pays. En plus des États-Unis, Nicolas Maduro a déjà rompu les relations diplomatiques avec la Colombie.

    Tags:
    trafic de drogue, Juan Guaido, Colombie, Venezuela
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik