International
URL courte
74e session de l'Assemblée générale de l'Onu (25)
10332
S'abonner

Selon le Président iranien, son pays est prêt à procéder à un échange de prisonniers avec Washington, mais la balle est du côté des Américains.

Téhéran est prêt à échanger des prisonniers avec Washington, c’est aux États-Unis d’agir maintenant, a déclaré le Président iranien Hassan Rohani. Il a indiqué que dans le passé l'Iran et les États-Unis avaient négocié sur cette question et avaient parfois trouvé des points d’accord.

«Au sein de l’administration Trump, il y a eu quelques discussions concernant les détenus... Nous avons toujours été prêts et sommes toujours prêts [à la libération mutuelle, ndlr], la balle est du côté des Américains», a déclaré Rohani lors d'une conférence de presse à New York où il s’est rendu à l’occasion de la 74e session de l’Assemblée générale des Nations unies.

Selon ses dires, les États-Unis ont dit une fois qu'ils «prendront pour un signe» si l'Iran libère leurs citoyens, après quoi Washington procédera à la libération des Iraniens. En outre, Hassan Rohani a souligné que son pays avait déjà entamé ce processus de libération d’un citoyen américano-libanais.

En 2016, la justice iranienne avait annoncé la libération de quatre prisonniers ayant la double nationalité iranienne et américaine dans le cadre d'un échange bilatéral de prisonniers avec Washington.

Ces prisonniers irano-américains étaient: le journaliste du Washington Post Jason Rezaian, le pasteur de l'Idaho Saeed Abedini, un ancien marine américain Amir Hekmati et Nosratollah Khosravi, avait rapporté l'agence Fars.

Dossier:
74e session de l'Assemblée générale de l'Onu (25)

Lire aussi:

Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Possible deuxième vague de Covid-19: «Il faut cesser d’accuser la population»
D’où provient le nitrate qui a provoqué les explosions à Beyrouth?
Les autorités libanaises ont déterminé l’origine des explosions à Beyrouth
Tags:
politique, Iran, Hassan Rohani
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook