Ecoutez Radio Sputnik
    Les Turcs applaudissent un convoi de forces turques transportant des chars vers la frontière syrienne

    Embargo sur les ventes d’armes à Ankara: «L’Occident n’agit pas raisonnablement»

    © AP Photo / Lefteris Pitarakis
    International
    URL courte
    Opération turque dans le nord-est de la Syrie (133)
    9118
    S'abonner

    La République tchèque et le Canada ont emboîté le pas aux pays dont, entre autres, la France qui ont suspendu toute exportation d'armes vers la Turquie. Le pays mène dans le nord-est de la Syrie une offensive qui «compromet la stabilité et la sécurité de l'ensemble de la région», selon l’UE. Un analyste turc a commenté la situation pour Sputnik.

    Par leurs sanctions contre la Turquie, les pays européens et les États-Unis se feront du mal à eux-mêmes, estime dans un entretien à Sputnik Hasan Unal, professeur à la faculté de politologie et de relations internationales de l'Université Maltepe.

    «Il n’est pas si facile que ça d’intimider la Turquie […]. Aujourd’hui, une majorité écrasante de la population du pays soutient l’opération menée par les forces armées turques. L’Occident menace Ankara de sanctions, mais de quelles mesures concrètes s’agit-il? Si un embargo total est décrété, l’Occident sera le premier à en souffrir», avance l’universitaire.

    Et d’expliquer que la Turquie produisait plus de 60% des armements qu’elle utilisait et plus de 90% des munitions dont elle avait besoin.

    Une politique à courte vue?

    «Elle possède un puissant potentiel économique et militaire. L’Occident n’agit pas raisonnablement alors qu’il s’est déjà mis à dos la Chine, l’Iran et la Russie. C’est une politique à courte vue. Par conséquent, je ne pense pas qu’une telle démarche [l’embargo sur les ventes d’armes à Ankara, ndlr] puisse représenter un problème grave pour la Turquie», résume M.Unal.

    L'Union européenne a condamné l'offensive turque en Syrie et annoncé préparer des sanctions à l’encontre d’Ankara sans pour autant parvenir à imposer un embargo sur les ventes d'armes suite au refus du Royaume-Uni. L'Italie, l'un des principaux fournisseurs d'armes de la Turquie, a appelé à un «moratoire européen sur les ventes d'armes» à Ankara. La Suède a déclaré que l’UE devait décréter un embargo sur les ventes d’armes à la Turquie.

    Évoquant «la situation complexe» dans le nord-est de la Syrie, Oslo a annoncé le 10 octobre avoir suspendu toute nouvelle exportation d'armements à Ankara. Après la Norvège, l’Allemagne et les Pays-Bas, la France a également pris la décision de suspendre ses livraisons d’armes à la Turquie.

    Le 9 octobre, Ankara a lancé son offensive Source de paix dans le nord-est de la Syrie. Elle a pour but, d’après Recep Tayyip Erdogan, de sécuriser la frontière sud de son pays, protéger l’intégrité territoriale du pays voisin et assurer le retour des réfugiés syriens. Plusieurs pays dont la France et organisations ont sommé la Turquie de faire cesser sans délai l’opération qui fait des victimes même parmi les populations civiles.

    Dossier:
    Opération turque dans le nord-est de la Syrie (133)
    Tags:
    Syrie, embargo, Occident, République tchèque, Canada, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik