International
URL courte
Crise sociale au Chili (10)
590
S'abonner

Le remplacement de membres du gouvernement et une possible suppression de l’état d’urgence: telles sont les mesures annoncées par le chef de l’État chilien.

Alors que le Chili connaît une vague de protestations, le Président Sebastian Pinera a promis de changer la composition du gouvernement et de lever l’état d’urgence instauré en raison de la situation dans le pays.

«J’ai demandé de démissionner pour former un nouveau gouvernement», a-t-il déclaré. Et d’ajouter que cette mesure était nécessaire pour répondre à la demande des citoyens qui avaient exigé des réformes. L’intervention du chef de l’État a été retransmise sur Twitter.

Il a de plus ajouté que les autorités annuleraient le régime de couvre-feu.

«Après une discussion avec les forces armées, je veux annoncer que si les circonstances le permettent, le régime d’état d’urgence sera levé dimanche, à partir de 00h00».

La situation au Chili

Les manifestations ont débuté à la mi-octobre au Chili, après que les autorités ont décidé d’augmenter le prix du ticket de métro. Au début pacifiques, vers le 18 octobre ces rassemblement ont commencé à dégénérer en affrontements avec la police.

Afin d’apaiser la foule, les autorités ont promis des mesures –octroyer 1,2 milliard de dollars pour résoudre des problèmes sociaux. Toutefois, les cortèges se multiplient car, comme l’ont déclaré au micro de Sputnik certains protestataires, ces mesures sont insuffisantes.

Pour le moment, le bilan des personnes ayant trouvé la mort dans les troubles est établi à 19 personnes.

Dossier:
Crise sociale au Chili (10)

Lire aussi:

Le nombre de patients hospitalisés en France pour cause de Covid et ceux en soins intensifs diminue encore
Une «méga-catastrophe» menace les États-Unis, selon des experts
L'imam de Drancy acquiesce aux propos de Macron sur l'échec de l'intégration
Macron: quand «votre famille parle l'arabe, c'est une chance pour la France»
Tags:
remaniement, état d'urgence, Sebastian Pinera, Chili
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook