Ecoutez Radio Sputnik
    L’ex-Président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva (photo d'archives)

    «Je suis de retour»: remis en liberté, l’ancien Président brésilien Lula avertit ses rivaux politiques

    © REUTERS / Paulo Whitaker
    International
    URL courte
    5331
    S'abonner

    En vue d'un sommet des pays de la région à Buenos Aires, l’ex-Président brésilien Lula a avancé son idée de monter une union d’intégration en Amérique latine. En s’exprimant devant ses soutiens après sa libération, il a attaqué ses ennemis et tenu à souligner: «je suis de retour».

    L’ancien Président Luiz Inacio Lula da Silva, qui a été libéré ce vendredi 8 novembre, a exprimé dans son discours ce samedi 9 novembre son intention de créer une alliance avec les gouvernements de gauche de la région.

    «J’ai l'objectif de construire une union d’intégration régionale très forte en Amérique latine», a-t-il déclaré.

    Avec cette idée, Lula a l'intention de voyager à travers le Brésil et les pays de la région.

    Puis, il a averti ses rivaux politiques:

    «J'ai envie de leur dire: je suis de retour», a-t-il déclaré devant des centaines de partisans vêtus de rouge, la couleur du Parti des travailleurs (PT), dont il était le leader.

    Qui plus est, ovationné par ses partisans, Lula a également profité de l'occasion pour s'en prendre à Donald Trump.

    «Que Trump résolve les problèmes des États-Unis et ne vienne pas embêter les Latino-américains, il n'a pas été élu au poste de curateur du monde!», a-t-il martelé, cité par l’AFP.

    Condamnation de Lula

    Luiz Inacio Lula da Silva, qui a exercé la fonction de Président du Brésil de 2003 à 2010, a été condamné à neuf ans et demi de prison en 2017 pour corruption, notamment pour avoir reçu un appartement de luxe situé en bord de mer de la part d’un groupe de BTP. En contrepartie, il a accordé à ce dernier des faveurs dans l’attribution de marchés publics.

    En janvier 2018, sa peine a été alourdie jusqu’à 12 ans et un mois, après qu’il a été reconnu coupable dans une autre affaire de corruption.

    Malgré les accusations, Lula a constamment clamé son innocence, en expliquant les faits par un complot dont il s’est dit victime. En avril 2018, il a commencé à purger une peine de huit ans et dix mois.

    Tags:
    Luiz Inacio Lula da Silva, politique, Brésil
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik