Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeaux de l'UE et de la Turquie

    «L’attitude hostile de l’UE face à la Turquie ne donnera rien sinon un regain de tension entre Ankara et Bruxelles»

    © Sputnik . Alexeï Danitchev
    International
    URL courte
    172612
    S'abonner

    Le Conseil de l’Union européenne a entériné le cadre qui «permettra de sanctionner les personnes ou les entités qui sont responsables d'activités de forage» de la Turquie en Méditerranée orientale. Un ancien ambassadeur turc à Paris et à Tripoli a commenté pour Sputnik cette décision de Bruxelles.

    Le Conseil des relations étrangères de l'Union européenne a adopté des sanctions envers la Turquie en raison de ses activités de forage à Chypre, des «activités de forage non autorisées d'hydrocarbures en Méditerranée orientale», selon Bruxelles.

    «Introduire des sanctions contre la Turquie qui a la ligne côtière la plus longue en Méditerranée, lui retirer les droits quelconques aux activité dans cette région est impossible, car cela contredit les clauses de l’accord dans le cadre du droit maritime international», a déclaré à Sputnik Uluc Ozulker, ex-ambassadeur turc à Paris et à Tripoli et ancien membre de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

    Pour lui, ces derniers temps, l’UE «s’est transformée en instrument de mouvement antiturc», et ladite décision du Conseil des relations étrangères de l'UE en est un exemple éclatant».

    «L’attitude hostile de l’UE face à la Turquie ne donnera rien sinon un regain de tension entre Ankara et Bruxelles», a martelé l’interlocuteur de Sputnik.

    Le ministère turc des Affaires étrangères a vivement réagi dans un communiqué à la décision du Conseil des relations étrangères de l’Union européenne.

    «Notre pays ne renoncera pas, malgré toutes les initiatives incohérentes entreprises par l'UE, à ses droits en Méditerranée orientale», indique le communiqué.

    Le Conseil européen avait déjà sanctionné ces forages, en juillet 2019, en réduisant ses aides financières à Ankara. En août 2019, Recep Tayyip Erdogan indiquait: «Nous poursuivrons nos activités d'exploration dans l'est de la Méditerranée et continuerons à le faire avec la même détermination».

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    Réforme des retraites: Delevoye déclare finalement 13 mandats et regrette une «erreur»
    Tags:
    Méditerranée, sanctions, Union européenne (UE), Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik