Ecoutez Radio Sputnik
    Chasseur Su-35

    Encore un pays menacé par les États-Unis pour l’achat d’armements russes?

    © Sputnik . Artem Zhitenev
    International
    URL courte
    4923129
    S'abonner

    Alors que l’achat des S-400 russes est devenu la pierre d’achoppement des relations turco-américaines, le Pentagone et le Département d'État américain ont mis en garde les autorités égyptiennes contre l’acquisition de chasseurs russes Su-35, relate le Wall Street Journal.

    En pleine tension sur l'achat des S-400 russes par Ankara, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, et le chef du Pentagone, Mark Esper, ont exhorté dans une lettre envoyée le 13 novembre le ministre égyptien de la Défense à annuler l’accord sur l’achat des chasseurs russes Su-35, rapporte le Wall Street Journal.

    Des informations sur ce contrat russo-égyptien portant sur la fourniture de chasseurs Su-35 au Caire ont été publiées en avril dernier dans le journal russe Kommersant. Les autorités russes ne les ont pas officiellement confirmées. Selon les sources du journal, l’accord prévoit la livraison de «plus de deux douzaines d’appareils» pour environ deux milliards de dollars. Il serait entré en vigueur fin 2018 et les livraisons pourraient commencer dès 2020 ou 2021.

    «Un nouvel accord majeur avec la Russie compliquera au moins les futurs échanges d'informations militaires avec les États-Unis et l'assistance militaire américaine à l’Égypte», indique le journal, citant le texte de la lettre commune mise à sa disposition.

    Selon le journal, les responsables américains y parlent de sanctions.

    Ils ont également personnellement averti le chef de l’armée de l’air égyptienne des conséquences de cet accord, a précisé le document. Le média note en outre que cela a coïncidé avec la visite au Caire du ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou.

    L’Égypte résistera au chantage, selon un expert

    En tant qu’un des principaux importateurs d’armes russes, l’Égypte a peu de chances de succomber au chantage américain et d’acheter des Su-35, a commenté à Sputnik Igor Korotchenko, directeur du Centre mondial d’analyse du commerce des armes.

    «Les États-Unis ne sont pas prêts pour une concurrence loyale sur le marché mondial de l'armement et recourent de nouveau à la pression perverse exercée sur un État souverain qui choisit la meilleure arme pour se défendre. Je suis sûr que l’Égypte ne succombera pas à cette menace, et l’une des meilleures générations au monde de chasseurs multifonctionnels 4++ entrera dans l’arsenal de ce pays», a déclaré l’expert.

    L’achat de S-400, la pomme de discorde entre Ankara et Washington

    Washington insiste depuis longtemps pour que la Turquie annule ses achats de S-400 à Moscou en menaçant d'imposer des sanctions. Toutefois, les Présidents américain et turc ont fait des progrès au cours des négociations à la Maison-Blanche, y compris sur la question des systèmes russes S-400, a quant à elle déclaré la conseillère de M.Trump, Kellyanne Conway. 

    La Turquie considère la demande des États-Unis de renoncer aux systèmes de défense antiaériens russes S-400 comme une violation de ses droits souverains, a déclaré Recep Tayyip Erdogan à l'issue de ses entretiens avec son homologue américain à Washington.

    «Nous ne trouvons pas juste de renoncer complètement au S-400. Nous ne pouvons pas abandonner complètement le S-400 et passer au [système américain de défense antiaérienne, ndlr] Patriot. Nous avons dit que nous pouvions acheter le Patriot, mais en l'achetant nous ne pouvons pas renoncer au S-400. C’est notre droit souverain, à cause duquel les États-Unis font leurs calculs», a déclaré M.Erdogan à des journalistes turcs lors de son retour à Ankara.

    Ankara a signé avec Moscou un contrat de 2,1 milliards d'euros pour la livraison de quatre divisions de S-400 en 2017. Les États-Unis ont ensuite proposé à la Turquie d’y renoncer au profit des systèmes américains Patriot. Après le refus d’Ankara, Washington l’a évincé de son programme des F-35.

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Il n'y a eu «aucune excuse»: le journaliste turc blessé à l’œil le 5 décembre par la police témoigne
    La Turquie évoque une fermeture de la base d'Incirlik en réponse aux sanctions US contre les S-400
    Tags:
    livraisons d'armes, achat, achats, États-Unis, Russie, Turquie, Département d'Etat des Etats-Unis, Pentagone, chasseur, Su-35, S-400
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik