International
URL courte
6949138
S'abonner

Le groupe djihadiste Daech* s’est déclaré responsable de l’accident entre les deux hélicoptères qui s’est produit lors d'une opération de combat française contre des djihadistes, dans laquelle 13 soldats français sont morts, fait savoir le SITE Intelligence Group.

L’accident qui a coûté la vie à 13 soldats français au Mali a été revendiqué par la branche ouest-africaine de Daech*, informe le SITE Intelligence Group, une entreprise américaine qui suit l'activité des terroristes islamistes.

Atterrissage d'un hélicoptère de la Force Barkhane à Ndaki.
© REUTERS / Benoit Tessier / Atterrissage d'un hélicoptère de la Force Barkhane à Ndaki.

La collision entre les deux hélicoptères aurait eu lieu alors que l’un des appareils subissait un déluge de feu de la part des terroristes et a essayé de s’en écarter.

Sans commentaire

Suite à cette revendication, Reuters a tenté de contacter l'état-major des armées françaises pour avoir sa réaction. Pourtant, le commandement a refusé de commenter l'évolution des événements et n’a partagé aucune information supplémentaire. Ce mardi 26 novembre, il parlait d’une «très forte présomption» d’accident.

Mort de 13 soldats au Mali

Lundi 25 novembre, une collision d'hélicoptères, un Tigre et un Cougar, lors d'une opération de combat contre des djihadistes dans le sud du Mali, a causé la mort de 13 soldats français.

C’est le plus lourd bilan humain essuyé par les militaires français depuis le début de leur déploiement au Sahel en 2013. Qui plus est, il s’agit d'une des plus grandes pertes de l'armée française depuis les attentats de Beyrouth du 23 octobre 1983, qui avaient fait 58 morts.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Le nombre journalier de nouveaux cas de Covid-19 en France avoisine les 3.000, 241 foyers au total
Rouen: sept policiers hors service agressés par une vingtaine de jeunes individus
La Turquie accuse la France de se comporter «comme un caïd» en Méditerranée
Tags:
Daech, soldats, morts, Mali
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook