Ecoutez Radio Sputnik
    Destroyer Jamaran de la marine iranienne

    La marine iranienne s’apprête à intégrer un nouveau destroyer

    © AP Photo / IIPA, Ebrahim Norouzi
    International
    URL courte
    3652
    S'abonner

    Un nouveau destroyer baptisé Dena va rejoindre les forces navales de la République islamique début 2020, a annoncé le commandant en chef de la marine iranienne.

    Le commandant en chef de la marine iranienne, le contre-amiral Hossein Khanzadi, a annoncé la fin des travaux de construction du destroyer Dena qui devra rejoindre la flotte de la République islamique en février prochain, rapportent les médias régionaux.

    S’exprimant à l’occasion de la Journée de la marine nationale, l’officier a confirmé la détermination de son pays à moderniser la marine nationale ainsi que l’ensemble de ses forces armées en dépit des restrictions imposées à la vente d’armes à Téhéran.

    Après avoir subi un accident en janvier dernier, le destroyer Damavand est quant à lui de retour en mer Caspienne, a fait savoir M.Khanzadi. Selon le contre-amiral, le Damavand «n’est plus le même»:

    «Mieux adapté pour faire face aux conditions difficiles de la mer Caspienne, le destroyer dispose désormais de capacités supplémentaires», a affirmé le commandant de la marine, cité par Al-Manar.

    L’Iran se prépare ainsi à renforcer sa présence dans les eaux internationales et d’étendre son influence dans la région, a déclaré le coordinateur adjoint de l’Armée iranienne, le contre-amiral Habibollah Sayyari, également présent à la cérémonie.

    Lire aussi:

    Seine-Saint-Denis: un homme muni d’un couteau crie en pleine rue «Allahu akbar» et meurt après s'être fait interpeller
    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Retraites: Macron et Philippe ont-ils bafoué la Constitution en laissant Delevoye au gouvernement?
    Tags:
    destroyer, Hossein Khanzadi, Marine iranienne, Iran, mer Caspienne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik