International
URL courte
5728216
S'abonner

La diplomatie turque a préparé une réponse face aux sanctions américaines contre la livraison des systèmes de défense aérienne russes S-400. Selon le ministre turc des Affaires étrangères, la Turquie pourrait fermer la base d'Incirlik.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a averti les autorités américaines que la réponse de son pays aux sanctions contre l'achat de systèmes de défense antiaérienne S-400 russes pourrait concerner l'avenir de la base aérienne d'Incirlik, dans le sud de la Turquie, utilisée par l'US Air Force.

«Nous évaluerons le pire des scénarios et prendrons une décision. Si les États-Unis imposent des sanctions contre la Turquie, alors la question des bases d'Incirlik et de Kurecik pourrait être à l'ordre du jour», a déclaré M.Cavusoglu.

Ce deuxième site mentionné accueille un radar d'alerte précoce aux attaques de missiles dans la région de Kurecik, dans le sud-est de la Turquie, lequel a été mis en service début 2012. Il fait partie du système de défense antimissile de l’Otan en Europe et son fonctionnement est assuré par l'armée américaine.

Pomme de discorde entre Washington et Ankara

La livraison des systèmes russes a provoqué une crise dans les relations entre la Turquie et les États-Unis. Selon Recep Tayyip Erdogan, les systèmes seront pleinement opérationnels en avril 2020.

Washington a exigé de retirer l'achat et en échange d'acquérir des systèmes américains Patriot, menaçant de retarder ou même d'annuler la vente des chasseurs F-35 à la Turquie, ainsi que d'imposer des sanctions conformément à la la loi CAATSA. Ankara a refusé de faire des concessions.

Lire aussi:

Santé publique France dévoile la carte des zones les plus touchées par le Covid-19 - photo
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Vitres brisées, tags, menaces: des mosquées ciblées à Bordeaux et Béziers - images
Tags:
Mevlut Cavusoglu, Turquie, États-Unis, Incirlik, base aérienne d'Incirlik
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook