International
URL courte
Mort du général iranien Soleimani (94)
34579
S'abonner

La mort du général Soleimani a engendré d’abondantes réactions à l’extérieur ainsi qu’à l’intérieur de l’Iran. Un ministre iranien a même initié un challenge sur sa page Twitter en invitant ses abonnés à finir la phrase «Je déteste Donald Trump parce que…».

Suite à la mort du général iranien Qassem Soleimani dans un raid états-unien décidé par Donald Trump, le ministre des Technologies de l'information et de la Communication du pays, Mohammad-Javad Azari Jahromi, a lancé un défi sur sa page Twitter.

«Je déteste Donald Trump parce que…», a-t-il notamment écrit, pour faire réagir ses abonnés. 

​Outre cette phrase, des hashtags «cher Iran» et «vengeance dure» figurent dans sa publication faite le 3 janvier.

Des internautes de plusieurs pays ont soutenu ce challenge et ont partagé leur avis sur le Président états-unien.

Mort du général Soleimani

Le commandant de la force iranienne Al-Qods, général iranien Qassem Soleimani, a été tué lors d’un bombardement américain à Bagdad. Sa mort a été confirmée le 3 janvier par les Gardiens de la révolution iraniens ainsi que par le Pentagone.

D’après Donald Trump, M.Soleimani était «responsable de la mort de millions de personnes» et il «aurait dû être éliminé il y a plusieurs années». Le ministère russe de la Défense a fustigé la «démarche imprudente» de Washington qui pourrait conduire à «une brusque dégradation de la situation politique et militaire au Moyen-Orient». Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a promis une «vengeance terrible» aux États-Unis.

Dossier:
Mort du général iranien Soleimani (94)

Lire aussi:

La façade de la Banque de France en feu à Paris, les tensions se poursuivent - vidéo
Projectiles, véhicules incendiés, gaz lacrymogène: la manifestation contre la loi Sécurité globale dégénère à Paris
Ne pas consommer cet aliment engendrerait diverses maladies graves, dont le cancer
L'hommage de Macron à Maradona indigne le Venezuela qui le tacle sur les Gilets jaunes
Tags:
Donald Trump, Iran, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook