International
URL courte
7443
S'abonner

Le procureur a requis plus de 3.000 ans de prison pour les membres d’un réseau de pédopornographie démantelé en Espagne. Or, les principaux accusés, dont deux Français, sont en fuite.

La Cour provinciale de Tarragone en Espagne a jugé en novembre, et à huis clos, les responsables d’un vaste réseau de pédopornographie qui avait tourné plusieurs milliers de films mettant en scène des mineurs espagnols et marocains avant d’être démantelé entre 2016 et 2017, rapporte le journal El Periodico.

Le procureur a requis plus de 3.000 ans de prison pour tous les membres du réseau, mais les trois principaux accusés de l’affaire, les Français Jean-Luc Aschbacher et Christian Arson, ainsi que le Marocain Youness en-Naciri, sont en fuite, constate le quotidien.

«Libérés après avoir purgé des années de détention provisoire, mais voyant les preuves que la police ont rassemblés contre eux, ils ont pris la fuite», explique l’édition. Tous les trois sont recherchés par Interpol.

Des centaines de victimes

Installés en Espagne, les deux Français, bien connus dans le milieu de la pornographie, embauchaient des enfants des rues, immigrés ou issus de milieux défavorisés, pour les filmer contre une rémunération allant de 10 à 20 euros, affirme El Periodico.

Le réseau a pu être démantelé grâce aux témoignages fournis par deux mères. Il s’est avéré qu’Aschbacher et Arson se rendaient également dans plusieurs autres pays pour tourner des films, parmi lesquels le Maroc, le Kenya, le Laos, la République Tchèque, la Turquie et la Tunisie.

Selon Interpol, au moins 103 victimes de ce réseau entre 2002 et 2015 ont pu être retrouvées, alors que plusieurs centaines d’autres n’ont pas été localisées.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La mère de trois enfants saute dans un étang gelé pour sauver un chien – vidéo
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook