International
URL courte
Mort du général iranien Soleimani (93)
16941
S'abonner

Le Washington Post a dévoilé que Mike Pompeo insistait sur l’élimination du général iranien Qassem Soleimani depuis des mois et n’avait réussi à convaincre Donald Trump de cette nécessité que récemment.

Pendant des mois, le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, a essayé de convaincre Donald Trump de faire tuer le général iranien Qassem Soleimani, selon l’article du Washington Post qui se réfère aux propos de sources anonymes de haut niveau.

Le quotidien américain révèle que le Président des États-Unis a refusé cette opération pendant longtemps. Les militaires s’y sont également opposés, car les sanctions contre l'Iran avaient déjà exacerbé les tensions avec Téhéran. Cela exigeait de plus en plus de ressources militaires au Moyen-Orient.

Cependant, la situation a changé suite à la mort, le 27 décembre, d’un entrepreneur civil américain dans une base militaire près de la ville de Kirkouk, en Irak.

Le 29 décembre, Mike Pompeo, le secrétaire américain à la Défense Mark Esper et le général Millie, chef d'état-major interarmées des Forces armées américaines, ont eu un entretien avec Donald Trump. À la suite des discussions, le Président a accepté d’ordonner d’abattre Soleimani.

«Nous avons éliminé un mauvais gars du champ de bataille. Nous avons pris la bonne décision. Je suis fier de l'effort que le Président Trump a entrepris», a déclaré Mike Pompeo à CNN, rappelle le Washington Post.

Pourtant, l’article précise que la décision de Donald Trump a été une surprise pour un certain nombre de responsables politiques de haut niveau, compte tenu des craintes du Pentagone quant à l’aggravation des relations dans la région et à la réticence du Président à utiliser la force militaire contre l'Iran.

Une «négligence criminelle»

Auparavant, dans une interview accordée à ABC, Mike Pompeo avait assuré que les États-Unis n’avaient aucun doute concernant la nécessité de liquider Soleimani. En effet, les haut responsables du renseignement ont estimé que ne pas effectuer de frappe serait une «négligence criminelle», car le général avait été impliqué dans une campagne de terreur contre les États-Unis.

L’assassinat du général iranien

Dans la nuit de jeudi 2 à vendredi 3 janvier, les États-Unis ont procédé à l’élimination du général Qassem Soleimani en bombardant le convoi dans lequel il se trouvait, à proximité de l'aéroport de Bagdad. Lors de cette attaque, Abou Mehdi al-Mouhandis, membre de haut rang de la milice irakienne Hachd al-Chaabi a également été tué.

Washington déclare qu’ils étaient tous les deux impliqués dans l’attaque du 31 décembre 2019 contre l'ambassade américaine à Bagdad.

Plus tard, le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a promis que la mort de Soleimani serait vengée.

Dossier:
Mort du général iranien Soleimani (93)

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Un véhicule fonce dans la foule en Allemagne: 30 blessés, une enquête pour «tentative de meurtre» ouverte
Expulsée d’un sauna à cause de son maillot de bain jugé «inapproprié», elle soupçonne une autre raison – photo
Tags:
Qassem Soleimani, Donald Trump, politique, Mike Pompeo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook