International
URL courte
3140
S'abonner

Donald Trump a jugé stupide et coûteuse l’idée de construire un mur en mer afin de protéger New York des conséquences des tempêtes. Le coût de ce mur proposé par le Corps des ingénieurs de l’armée des États-Unis est estimé à 119 milliards de dollars (107,3 milliards d’euros).

Donald Trump a réagi via Twitter à l’idée d’une digue de dix kilomètres de long destinée à protéger la ville contre les eaux de crue lors des violentes tempêtes à l’instar de Sandy.

«Un énorme mur en mer de 200 milliards de dollars, construit autour de New York pour le protéger contre les tempêtes rares, c’est une idée coûteuse, stupide et peu respectueuse de l'environnement qui, en cas de nécessité, ne fonctionnera probablement pas de toute façon», a tweeté le Président américain.

Il a ajouté que ce mur aurait un aspect affreux et que les habitants de la ville devraient «préparer des balais et des seaux».

Une digue contre des tempêtes toujours plus fréquentes

Le New York Times avait précédemment annoncé que le Corps des ingénieurs de l’armée américaine avait proposé un projet de digue afin de protéger New York contre les tempêtes destructrices qui deviennent de plus en plus fréquentes du fait du changement climatique.

Selon le journal, la construction d’un tel mur qui prendrait au moins 25 ans est évaluée à 119 milliards de dollars (107,3 milliards d’euros).

Les adversaires de ce projet estiment qu’il servira uniquement à protéger la ville contre les ondes provoquées par les tempêtes, mais ne contrera pas les inondations dues aux marées hautes. En outre, la digue pourrait devenir un obstacle à l’évacuation des eaux usées et des toxines.

Le quotidien indique que ces sept dernières années les tempêtes ont fait 72 morts et ont causé un préjudice de 62 millions de dollars (56 millions d’euros).

Lire aussi:

La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
En continu: le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’intensifie dans le Haut-Karabagh
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Tags:
tempête, barrages, New York
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook