International
URL courte
2011
S'abonner

Selon le porte-parole de la coalition, les rebelles proches de l'Iran ont lancé un bateau sans pilote bourré d'explosifs depuis la province d'Hodeïda, sur la côte occidentale du Yémen. L’attaque aurait été déjouée par les forces navales de la coalition conduite par l'Arabie saoudite dans le pays.

Les forces navales de la coalition conduite par l'Arabie saoudite au Yémen ont déjoué dimanche 23 février une «attaque terroriste imminente» planifiée par les Houthis dans le sud de la mer Rouge, annonce la coalition.

Dans un communiqué relayé par l'agence saoudienne de presse SPA, le colonel Turki al Malki, porte-parole de la coalition, précise que les rebelles proches de l'Iran ont lancé un bateau sans pilote bourré d'explosifs depuis la province d'Hodeïda, sur la côte occidentale du Yémen, à la sortie du détroit de Bab el Mandeb, un axe de circulation maritime très fréquenté.

L'embarcation a été détruite.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès des Houthis.

Ce projet d'attaque, a poursuivi le colonel Malki, constitue une menace contre la sécurité régionale et internationale et le commerce maritime.

Il ajoute, cité par Reuters, que monter un tel projet depuis les côtes de la province d'Hodeïda représente en outre une «violation flagrante» d'un accord local de paix conclu en décembre 2018 sous l'égide de l'Onu sur la ville portuaire du même nom.

Guerre au Yémen

L'Arabie saoudite et ses alliés qui interviennent depuis 2015 dans la guerre au Yémen en soutien au pouvoir contre les Houthis. Le conflit a tué, selon diverses organisation humanitaires, des dizaines de milliers de personnes, essentiellement des civils.

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
La Russie réduit fortement sa livraison de gaz via la Pologne
Quand un chat «échange des mots» avec une souris – photo
Tags:
mer Rouge, explosifs, Houthis, Iran, Yémen, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook