International
URL courte
Propagation du coronavirus - avril 2020 (210)
226832
S'abonner

Après que le Président américain a mis à exécution sa menace de suspendre la contribution américaine à l'OMS, le directeur général de cette organisation internationale a constaté qu'il n'y avait «pas de temps à perdre» alors que sa «seule préoccupation» est de sauver des vies.

La «seule préoccupation» de l'OMS est d'aider les pays bataillant contre la pandémie de Covid-19 à «sauver des vies», a déclaré mercredi 15 avril son directeur général après la suspension du financement américain à cette agence onusienne.

«Il n'y a pas de temps à perdre. La seule préoccupation de l'OMS est d'aider tous les peuples à sauver des vies et à mettre fin à la pandémie de Covid-19», a indiqué Tedros Adhanom Ghebreyesus sur son compte Twitter, sans toutefois mentionner explicitement la décision du Président Trump.

Au cœur de la polémique avec le locataire de la Maison-Blanche, qui l'accuse d'avoir minimisé l'ampleur de l'épidémie et tardé à alerter le monde sur sa propagation, Tedros Adhanom Ghebreyesus a ensuite retweeté des messages de soutien de personnalités politiques, de chercheurs ou d'anonymes.

«Mauvaise gestion»

Donald Trump a annoncé mardi qu'il suspendait la contribution des États-Unis à l'OMS en raison de son rôle «dans la mauvaise gestion et la dissimulation de la propagation du coronavirus».

Il lui reproche de s'être alignée sur les positions de la Chine, que Washington accuse d'avoir initialement caché la gravité du virus lorsqu'il y a fait son apparition en décembre. Ce qui, selon M.Trump, a empêché de contenir l'épidémie «à sa source avec très peu de morts».

Dossier:
Propagation du coronavirus - avril 2020 (210)

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
La Russie réduit fortement sa livraison de gaz via la Pologne
Tags:
Tedros Adhanom Ghebreyesus, Donald Trump, OMS, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook