International
URL courte
81512
S'abonner

Un enfant de cinq ans a été arrêté sur une autoroute de l'ouest des États-Unis alors qu'il avait pris le volant du véhicule familial pour aller s'acheter une Lamborghini en Californie, à des milliers de kilomètres de là.

La police routière de l'Utah a stoppé le 4 mai sur une autoroute ce garçon qui était parti de chez lui après s'être disputé avec sa mère qui refusait de lui payer la coûteuse voiture de sport italienne de ses rêves, une Lamborghini.

«Il a décidé de prendre lui-même la voiture et de se rendre en Californie pour se l'acheter», a dit la police sur Twitter. «Il risquait d'être un peu court niveau prix d'achat, car il n'avait que trois dollars dans son portefeuille», ont ajouté les policiers, cités par l’AFP.

​Une vidéo diffusée par la police montre le SUV conduit par l'enfant sinuer en travers des voies de l'autoroute au milieu des autres voitures et camions qui le dépassent.

Le véhicule se range ensuite sur le côté lorsqu’un agent actionne sa sirène de police.

«Lorsque l'agent Morgan s'est approché à pied de la portière du conducteur, il a trouvé étrange de ne pas pouvoir apercevoir la tête du chauffeur depuis l'arrière», a souligné mardi la police routière de l'Utah dans un communiqué.

Le garçon, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a réussi à conduire environ trois à quatre kilomètres avant d'être stoppé et n'a heureusement pas provoqué d'accident.

«La famille a affirmé que le garçon était sous la garde d'un aîné ce matin-là, ce dernier s'est endormi et il a pris les clefs du SUV suspendues à un crochet dans la maison», a expliqué la police.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
Lamborghini, automobile, enfants, Californie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook