International
URL courte
3425
S'abonner

Un tremblement de terre de magnitude modérée a fait deux morts et 23 blessés dans la nuit de jeudi à vendredi à Téhéran, provoquant des mouvements de panique dans la capitale iranienne.

Dans la nuit du 7 au 8 mai, un séisme a fait deux morts et 23 blessés dans la capitale iranienne, relate l’agence Fars en se référant aux autorités locales.

Ce séisme de magnitude 4,6 s'est produit à 0h48 (22h48 heure de Paris) près de la ville de Damavand, à environ 55 kilomètres à l'est de Téhéran, a indiqué l'Institut américain d'études géologiques (USGS).

L’hypocentre a été localisé à une profondeur de 5,6 km, à 25 km au sud du mont Damavand, le volcan le plus haut d'Iran.

Le Centre sismologique euro-méditerranéen a fait état d'une magnitude de 4,8.

Rapidement après les secousses, de nombreux habitants de Téhéran sont sortis de chez eux conformément aux règles de sécurité à observer en pareil cas.

Le séisme a endommagé le château de Falak-ol-Aflak, lequel fait partie des structures les plus importantes construites pendant l'ère Sasanid, il y a 1.800 ans.

Territoire vulnérable aux séismes

L'Iran se trouve dans une des zones sismiques les plus actives au monde. Le 23 février, un séisme de magnitude 5,7 survenu à la frontière entre ce pays et la Turquie avait tué côté turc neuf personnes et fait plusieurs dizaines de blessés des deux côtés de la frontière.

En novembre 2017, une secousse de magnitude 7,3 avait fait 620 morts dans la province occidentale de Kermanshah.

Le séisme de juin 1990, le plus meurtrier de ces trente dernières années en Iran, d'une magnitude de 7,4, avait fait 40.000 morts et laissé un demi-million de personnes sans abri dans le nord du pays.

Lire aussi:

Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un syndicat de police s’amuse d’une intervention violente et outre les internautes – vidéo
Tags:
Téhéran, blessés, morts, décès, Iran, séisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook