International
URL courte
81224
S'abonner

L’Institut national néerlandais pour la santé publique et l’environnement (RIVM) s’est adressé aux célibataires du pays en leur conseillant de n’entretenir des rapports sexuels qu’avec un partenaire unique afin de «minimiser le risque de coronavirus».

Vendredi 15 mai, l’Institut national chargé de la santé publique et de l’environnement aux Pays-Bas (RIVM) a publié un message peu ordinaire destiné aux célibataires. Il leur conseille de ne choisir qu’un seul partenaire sexuel en cette période d’épidémie afin de limiter les risques de transmission.

«Il est logique qu'en tant que célibataire, vous souhaitiez également avoir des contacts physiques», a notamment indiqué l’organisme gouvernemental, lequel avait d’abord souligné l’importance de respecter une distance d’un mètre et demi, peu importe la situation.

Il conseille désormais de garder un partenaire unique, mais de discuter avec lui afin de déterminer les potentielles fréquentations de chacun. Une manière de limiter la propagation du coronavirus et, au passage, des maladies sexuellement transmissibles.

Dans le monde néerlandophone, un néologisme est devenu populaire en période de confinement, définissant le manque d’un simple contact physique: huidhonger, littéralement «la faim de la peau». Un besoin «vital» avait écrit l’hebdomadaire belge Knack. «Un bras autour de vos épaules, une main dans la vôtre, un massage relaxant, un câlin chaleureux : cela fait du bien. Les humains sont des êtres sociaux, nous avons besoin les uns des autres pour survivre».

Un confinement plus souple

La population néerlandaise n’a pourtant pas subi les règles les plus strictes qui soient. Le gouvernement a en effet adopté la stratégie de l’immunité collective, avec un confinement «intelligent» basé sur la responsabilité de chacun pour maintenir une distance de sécurité. Le port du masque n’y est pas obligatoire, ni même recommandé.

Le travail à distance a été privilégié lorsqu’il était possible, mais de nombreuses entreprises et commerces ont dû fermer leurs portes avec un déconfinement le 11 mai comme en France. Selon les chiffres de l’Office national des statistiques, le PIB des Pays-Bas a tout de même chuté de 1,7% pour le premier trimestre 2020.

Selon le décompte de l’Université Johns Hopkins de ce samedi, ce pays de 17 millions d’habitants a recensé 43.681 cas et 5.643 décès.

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
La Russie réduit fortement sa livraison de gaz via la Pologne
Tags:
mesures de sécurité, Covid-19, confinement, célibataire, sexualité, santé, Pays-Bas
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook