International
URL courte
4343
S'abonner

Les importations de vanadium aux États-Unis menacent-elles la sécurité nationale? Le Département du commerce américain va tenter d’y répondre. Il a annoncé sur son site l’ouverture d’une enquête.

Suite à l’examen d’une requête déposée par les producteurs nationaux de vanadium, le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross a ouvert une enquête pour établir si les quantités et les circonstances des importations de ce métal rare depuis la Russie et la Chine constituent une menace à la sécurité nationale.

«Nous allons mener une enquête approfondie, équitable et transparente pour déterminer si les importations de vanadium menacent de compromettre la sécurité nationale des États-Unis», indique-t-il sur le site du département.

Les infrastructures essentielles seraient concernées

Le communiqué explique que le vanadium est un métal utilisé dans la production d'alliages métalliques et comme catalyseur pour les produits chimiques dans les secteurs de l'aérospatiale, de la défense, de l'énergie et des infrastructures.

«Le vanadium est utilisé dans notre défense nationale et dans nos infrastructures essentielles et fait partie intégrante de certaines applications aérospatiales», précise M.Ross.

Les dépositaires de la requête affirment que la branche de production nationale subit les effets négatifs des importations à bas prix négociées injustement, des marchés dont l’accès est limité en raison des régimes de taxe sur la valeur ajoutée dans d'autres pays producteurs de vanadium et de l'effet de distorsion des politiques industrielles chinoise et russe.

Lire aussi:

L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
Chine, Russie, département du commerce des Etats-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook