International
URL courte
71121
S'abonner

En commentant les récentes déclarations de l’assistant du secrétaire d’État américain David Schenker sur une prétendue ingérence russe dans les affaires syriennes et libyennes, l'ambassade russe à Washington a dénoncé des «fakes news» distribués par un homme politique qui «empoisonnent les relations» entre les deux pays.

L’ambassade russe à Washington a fustigé les récentes déclarations du haut responsable américain David Schenker au sujet de la situation au Proche-Orient, notamment ses remarques concernant une prétendue ingérence russe en Syrie et en Libye.

«Nous avons attiré l'attention sur les énièmes déclarations antirusses de l’assistant du secrétaire d’État au Proche-Orient, David Schenker, lors d'un discours prononcé le 11 juin au Hudson Institute. Cette fois, il a affirmé que notre pays aurait aidé Damas à commettre un génocide de la population syrienne et aurait également l'intention d'ouvrir une base militaire en Libye», indique un communiqué de l'ambassade sur Facebook.

La mission diplomatique a regretté que «des représentants de haut rang de l'administration distribuent des fake news, en empoisonnant ainsi les relations russo-américaines».

Des accusations réitérées

Auparavnt, David Schenker avait accusé la Russie, à maintes reprises, de jouer «un rôle destructeur» au Proche-Orient.

Sans présenter de preuves, il a imputé à Moscou une ingérence dans les affaires libyennes, ce qui, selon lui, «a provoqué l'intervention de la Turquie». L’accusation a été démentie par le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov.

En outre, selon lui, le succès en Syrie a poussé la Russie à agir en Libye où elle «ne joue désormais pas un rôle productif ou stabilisateur». En ripostant à cette déclaration, la représentation diplomatique s’est interrogée sur la légitimité de la présence des forces américaines en Syrie. La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, avait pour sa part signalé que les actions américaines dans la région n’avaient eu pour résultat que «des morts et des destructions pendant ces deux dernières décennies».

Lire aussi:

Navalny: le chevalier blanc des Occidentaux rattrapé par ses propos xénophobes
La Défense russe réagit aux propos du Premier ministre arménien sur les Iskander
Les caméras du domicile de Gérard Depardieu, mis en examen pour viols, montrent une rencontre avec une jeune actrice
Tags:
ingérence russe, ingérence, Washington, désinformation, Libye, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook