International
URL courte
10126
S'abonner

Le porte-parole du Kremlin a commenté les propos de l’ancien conseiller à la sécurité nationale John Bolton sur la facilité de manipuler Donald Trump, notamment dans les négociations avec les dirigeants russe, chinois ou nord-coréen.

Les déclarations récentes de John Bolton à l’occasion de la sortie de ses mémoires sur son temps passé à la Maison-Blanche ont suscité de vives réactions. L’ex-conseiller à la sécurité nationale a notamment déclaré sur ABC News que le Président russe, entre autres dirigeants, pouvait en profiter lors des pourparlers, du fait qu’il était facile de manipuler Donald Trump. Ces propos ont fait réagir le porte-parole de Vladimir Poutine.

«Non, M.Poutine ne peut pas jouer de Trump comme d’un violon et ne pense pas ainsi concernant son homologue américain», a fustigé Dmitri Peskov.

Le chef d’État russe «a maintes fois exprimé dans les interviews ce qu’il pensait de Donald Trump», a-t-il tenu à souligner.

Les mémoires de la discorde

Avant la sortie du livre intiulé The Room Where It Happened, A White House Memoir (La pièce où ça s’est passé), John Bolton a clarifié ses positions dans un entretien à la chaîne de télévision ABC News. Dans son œuvre, qui est déjà en tête des ventes sur Amazon, il décrit le Président américain comme une personne mal informée, qui ne s’intéresse pas à la géopolitique et est vulnérable à la manipulation.

Selon lui, il manque les compétences présidentielles à M.Trump et son homologue russe ne le considère probablement pas comme un concurrent sérieux. Dans le même temps, les leaders chinois, nord-coréen et russe insistent souvent que les négociations bilatérales avec le Président Trump se tiennent en l’absence de tierces personnes, notamment de conseillers, a indiqué John Bolton sur ABC News. Dans ce cas, les chefs d’État ont la possibilité de manipuler Trump en le flattant, a-t-il estimé.

Pour Donald Trump, le livre de l’ex-conseiller est «une compilation de mensonges et d'histoires inventées».

M.Bolton a été démis de ses fonctions en septembre dernier après plus d’un an au poste de conseiller à la sécurité nationale.

Lire aussi:

Macron annonce la création d'une plateforme de signalement des discriminations
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Tags:
manipulation, John Bolton, Donald Trump, Vladimir Poutine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook