International
URL courte
16409
S'abonner

S’élevant contre toute «ingérence», le chef de file de La France insoumise a fustigé la visite d’Emmanuel Macron au Liban, deux jours après les explosions meurtrières.

«Le Liban n’est pas un protectorat français»: Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise, a critiqué jeudi la visite d’Emmanuel Macron dans le pays, au surlendemain d’explosions meurtrières à Beyrouth, s’élevant contre toute «ingérence».

«Je mets en garde contre une ingérence dans la vie politique du Liban. Elle ne sera pas acceptée. Le Liban n’est pas un protectorat français», a-t-il écrit sur Twitter, alors que le président français s’exprimait devant la presse à son arrivée à Beyrouth.

«Je mets en garde les Libanais à propos des réformes de Macron: protégez les revendications de votre révolution citoyenne», a ajouté le député, cité par l'AFP.

M. Macron a annoncé jeudi à Beyrouth qu’il voulait «organiser l’aide internationale» pour le Liban après les explosions mardi au port de Beyrouth qui ont dévasté des quartiers entiers de la capitale.

«Un dialogue de vérité» avec les autorités

Face à la crise politique, sociale, économique et financière du pays, il a aussi souhaité «un dialogue de vérité» avec les autorités et a rappelé que la France porte «l’exigence (…) depuis des mois pour ne pas dire des années de réformes indispensables» dans «certains secteurs», comme «l’énergie, les marchés publics, la lutte contre la corruption». «Si ces réformes ne sont pas faites, le Liban continuera de s’enfoncer», a mis en garde M. Macron.

Jean-Luc Mélenchon avait salué mercredi l’envoi par la France d’une assistance au Liban, y voyant «une très bonne chose». «Mais la visite officielle (d’Emmanuel Macron) risque plutôt d’embarrasser et de désorganiser. Quant à rencontrer toutes les forces politiques du Liban, mieux vaudrait que ce soit sans exclusive», avait-il ajouté.

Lire aussi:

Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Mediapart parle d’attentats de «faible intensité», le Net en colère
Tags:
ingérence, Beyrouth, Liban, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook