International
URL courte
Escalade des tensions en Méditerranée orientale (35)
4162149
S'abonner

Recep Tayyip Erdogan a assuré que la Turquie riposterait à toute attaque contre son navire Oruç Reis en Méditerranée sur fond de tensions provoquées par la décision turque de prospecter des hydrocarbures dans des zones contestées de la région.

Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré ce 13 août que toute attaque contre le navire Oruç Reis, qui mène depuis lundi des études sismiques dans une zone de la Méditerranée orientale qui fait l’objet d’un litige entre Ankara et Athènes, ne resterait pas sans réaction et a même laissé entendre qu'une première riposte avait déjà eu lieu.

«Nous avons dit que si vous attaquez l'Oruç Reis, vous paierez un lourd tribut, et ils ont eu leur première réponse aujourd'hui», a annoncé le Président turc dans un discours à Ankara.

Les opérations de l’Oruç Reis ont fait monter d’un cran la tension dans la région, la France ayant annoncé un renforcement temporaire de sa présence militaire en Méditerranée orientale dans les prochains jours.

De nombreux médias turcs ont accusé la France de «dépasser les bornes» et de «chercher la guerre».

La situation dans le secteur

Recep Tayyip Erdogan a annoncé, début août, la relance de la prospection d'hydrocarbures dans une zone disputée de la Méditerranée orientale, après la signature d'un accord maritime entre Athènes et Le Caire.

Ankara a multiplié les forages au large de Chypre, critiqué par la plupart des pays de la région et l'Union européenne qui jugent ces activités «illégales», tandis qu’Emmanuel Macron a dénoncé la «violation» des souverainetés grecque et chypriote par la Turquie dans le secteur.

Dossier:
Escalade des tensions en Méditerranée orientale (35)

Lire aussi:

Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Une rixe entre militaires et policiers se termine par deux blessés et trois gardes à vue
Assassinat du général Soleimani: Téhéran dévoile ceux qui seront ciblés par vengeance
Tags:
hydrocarbures, Turquie, France, Emmanuel Macron, Recep Tayyip Erdogan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook