International
URL courte
13534
S'abonner

Le quartier-général de Svetlana Tikhanovskaïa, la candidate de l’opposition qui a refusé de reconnaître les résultats de l’élection présidentielle en Biélorussie, a annoncé être prêt à négocier avec les autorités du pays les conditions et la date du départ d’Alexandre Loukachenko.

Le QG de Svetlana Tikhanovskaïa, qui se trouve actuellement en Lituanie, a fait une nouvelle déclaration concernant la situation en Biélorussie.

«Nous sommes prêts pour des pourparlers avec les autorités concernant la date et la façon dont Loukachenko doit quitter son poste de chef d’État», a annoncé le QG dans un communiqué.

L’équipe de Mme Tikhanovskaïa espère que les autorités n’utiliseront plus la force pour disperser les manifestants pacifiques. Elle a salué également les informations parues dans des médias concernant les grèves que les travailleurs de certaines usines veulent entamer à partir de lundi.

Une Biélorussie en colère

Des manifestations non-autorisées ont commencé en Biélorussie après la fermeture des bureaux de vote le 9 août. L’opposition a refusé de reconnaître les résultats de la présidentielle annoncés par la Commission électorale centrale selon laquelle le Président sortant Alexandre Loukachenko a recueilli 80,1% alors que sa principale rivale Svetlana Tikhanovskaïa a obtenu 10,12%.

Si les manifestations des quatre premiers jours ont été marquées par des affrontements entre les protestataires et les forces de l’ordre et de nombreuses interpellations, les actions des 13 et 14 août ont été plutôt pacifiques.

Le 14 août, Mme Tikhanovskaïa a déclaré qu'elle était en train de former un Conseil de coordination pour assurer le transfert du pouvoir.

Un rassemblement pro-gouvernemental en soutien à Alexandre Loukachenko, lui-même présent, se déroule ce dimanche 16 août dans le centre de Minsk tout comme un autre organisé par l’opposition.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Des médecins avouent avoir vacciné des moins de 55 ans à l’AstraZeneca malgré une recommandation contraire
Tags:
Lituanie, Biélorussie, Alexandre Loukachenko
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook