International
URL courte
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (116)
23494
S'abonner

Après que le gouvernement allemand a déclaré que l’opposant russe Alexeï Navalny avait été empoisonné par un agent toxique de type Novitchok, le Président américain a affirmé ne pas en avoir vu de preuves.

Donald Trump a déclaré ne pas avoir vu de preuves de l'empoisonnement de l'opposant et blogueur russe Alexeï Navalny, en ajoutant toutefois n'avoir aucune raison de douter des conclusions de Berlin, indique l’AFP.

«Nous n'avons pas encore vu de preuves» sur l'origine de cet empoisonnement, a déclaré lors d’une conférence de presse le Président américain, en promettant que les États-Unis examinaient de façon très sérieuse ce dossier.

Cette affaire est «tragique», «terrible», a commenté M.Trump, en rappelant qu'il s'entendait bien avec le Président Vladimir Poutine.

«J'ai été plus ferme avec la Russie que n'importe qui, de loin», a-t-il ajouté.

Dans le coma depuis le 20 août

Le 2 septembre, les autorités allemandes ont déclaré qu’Alexeï Navalny avait été empoisonné par un agent toxique de type Novitchok. La partie russe a pointé que malgré plusieurs demandes aucune preuve n’avait depuis été fournie par Berlin.

Le 20 août, l’opposant russe a fait un malaise à bord d’un avion à destination de Moscou et a été placé en soins intensifs dans un hôpital à Omsk, en Sibérie. Il a été transféré, dans le coma, à l’hôpital de la Charité de Berlin.

Les médecins russes ont constaté lors des premières analyses des troubles métaboliques qui ont provoqué une forte hypoglycémie. Aucun poison n'a été détecté dans le sang ou dans l'urine de M.Navalny, ont-ils fait savoir.

Dossier:
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (116)

Lire aussi:

Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Pfizer va réduire temporairement ses livraisons de vaccin en Europe
Tags:
Alexeï Navalny, empoisonnement, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook