International
URL courte
Par
3122
S'abonner

Le premier face-à-face entre Donald Trump et l’ancien vice-président Joe Biden a choqué l’Amérique et le monde entier. Pierre Bourque, journaliste politique québécois et fondateur du site d’information Bourque Newswatch, revient pour le Désordre mondial sur les enjeux du débat.

«Tu vas la fermer, mec?» Cette phrase, prononcée par Joe Biden alors que Donald Trump l’interrompait constamment, lors du premier rendez-vous télévisé opposant les deux candidats, en dit long sur le niveau du débat politique américain aujourd’hui, même à son plus haut niveau.

Ce premier face-à-face entre les deux candidats était censé être l’événement décisif de la campagne présidentielle américaine. En réalité, on a plutôt eu l’impression de voir deux vieillards dans une maison de retraite se disputer autour d’une partie de bingo. Donald Trump et Joe Biden ont échangé de nombreuses insultes, sur un ton pour le moins agressif, alors que chaque candidat avait pourtant une mission à remplir. Trump devait obligatoirement élargir son électorat au-delà de sa base pour avoir la moindre chance de remporter l’élection. Et Biden devait prouver qu’il était capable du minimum syndical, ce qui n’était franchement pas acquis, compte tenu de ses divers lapsus ces dernières semaines. Ce débat désastreux aura-t-il la moindre incidence sur le résultat du scrutin? Qui a gagné ce pitoyable affrontement?

Pierre Bourque, journaliste politique et fondateur du site d’information Bourque Newswatch, basé à Ottawa, au Canada, résume le ton:

«On a vu deux vieillards en train de s’insulter devant le monde entier. Les messages ont fusé de part et d’autre du Canada, et je peux vous dire que les Américains ont été la risée [des Canadiens, ndlr]. Sur une population de quelque 330 millions de personnes, voilà les deux seuls candidats à la présidence que le pays peut s’offrir? C’était épouvantable.»

À la suite de certaines prestations qui ont laissé planer le doute sur ses capacités, Joe Biden aurait-il tout de même réussi à convaincre les électeurs qu’il était un choix crédible? Pierre Bourque ne se montre pas convaincu:

«Au tout début du débat, Biden n’arrivait même pas à finir une seule de ses phrases. Même en suivant son raisonnement, qu’il réponde à une question du modérateur ou à un commentaire de Trump, il était difficile de réussir à suivre le fil et de comprendre où il voulait en venir. Ce n’est qu’après une petite demi-heure que le débat est devenu plus audible et que l’on a commencé à saisir son propos. Un sénateur canadien m’a posé cette question: “Peut-on l’imaginer en tant que Président? Il ne peut même pas finir une phrase.” C’était frustrant.»

Lire aussi:

Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Erdogan appelle les Turcs à boycotter les produits français et assure que Macron doit aller chez le psychiatre
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
Joe Biden, Donald Trump, élection présidentielle
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook