International
URL courte
Par
29799
S'abonner

Les forces françaises ont «neutralisé» plus de 50 djihadistes dans le centre du Mali lors d'une opération menée vendredi, a déclaré lundi la ministre des Armées Florence Parly lors d'une visite à Bamako.

Florence Parly, qui s'exprimait à la télévision publique malienne, a estimé que cette opération avait porté un coup sévère à une katiba affiliée à l'organisation Al-Qaïda* au Maghreb islamique.

«Je voudrais révéler une opération de grande importance qui a été menée le 30 octobre au Mali par la force Barkhane et qui a permis de neutraliser plus de 50 djihadistes soit l'équivalent d'une katiba (brigade)», a déclaré la ministre.

«Cette opération [...] porte un coup significatif à un groupe terroriste affilié à Al-Qaïda*, une katiba «Ansaro Islam» qui opère dans la région de Boulkessi près de la frontière avec le Burkina», a-t-elle précisé.

«Sur le terrain, les résultats opérationnels sont réels [...]. Nous sommes déterminés à continuer à travailler avec nos amis maliens pour achever la lutte qui nous unit depuis des années contre les groupes terroristes», a-t-elle poursuivi.

Force Barkhane

L'opération Barkhane mobilise actuellement quelque 5.100 soldats français au Sahel.

Le 18 août dernier, l'armée malienne a chassé le Président Ibrahim Boubacar Keïta du pouvoir. Un conseil de transition a été mis en place.

À l'occasion d'une visite du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian au Mali fin octobre, le Premier ministre malien par intérim, Mocgtar Ouane, s'est dit ouvert à des discussions avec des rebelles islamistes, tandis que la France a fermement rejeté cette idée.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Un camp de migrants s'installe dans le centre de Paris, la police intervient - vidéo
Tags:
Mali, djihadisme, ex-djihadistes, opération Barkhane
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook