International
URL courte
Par
7857133
S'abonner

Frictions diplomatiques entre Macron et Trudeau autour de la liberté d’expression. Le premier, dans le contexte des attaques djihadistes, la souhaite totale, le second veut la limiter. La vision multiculturaliste du Premier ministre canadien l’aveugle-t-il? Analyse de Jocelyn Coulon, ancien conseiller de Justin Trudeau, au micro de Rachel Marsden.

Pendant très longtemps, Emmanuel Macron et Justin Trudeau, Premier ministre canadien, avaient l’air de jumeaux idéologiques, mais maintenant, il y a de l’eau dans le gaz entre les deux dirigeants. En plus de nuire à leur fraternité, cette brouille affecte également la relation entre la France et le Canada.

Tout cela est dû à la réaction de Trudeau vis-à-vis de la défense absolue de la liberté d’expression qu’a prônée Macron lors de son hommage à Samuel Paty, professeur décapité par un terroriste islamiste pour avoir montré des caricatures de Mahomet à sa classe dans le cadre d’un cours sur ce droit fondamental.

Selon Trudeau pourtant, «la liberté d’expression n’est pas sans limites. On n’a pas le droit, par exemple, de crier au feu dans un cinéma bondé de monde.» Il a ajouté que personne ne devrait chercher à «blesser, de façon arbitraire ou inutile, ceux avec qui on est en train de partager une société et une planète.» Trudeau a-t-il raison? Pas selon le Premier ministre du Québec, François Legault. Pourquoi Trudeau ne considère-t-il pas la défense de la liberté d’expression comme absolue lorsqu’il parle au nom du peuple canadien?

Jocelyn Coulon, ancien membre du groupe des conseillers sur les affaires internationales du Premier ministre canadien Justin Trudeau, ancien conseiller politique du ministre des Affaires étrangères canadien, auteur du livre Un selfie avec Justin Trudeau: regard critique sur la diplomatie du premier ministre (éd. Québec Amérique), réagit aux propos de Trudeau:

«Je pense que Justin Trudeau est prisonnier d’une conception du multiculturalisme qui fait en sorte que toute critique directe ou directe envers un groupe, une religion, une croyance, peut mettre à mal les relations entre les individus au Canada.»

L’ancien conseiller du Premier ministre canadien explique en quoi ce point de vue est problématique, même dans une société multiculturelle comme le Canada:

«Trudeau semble oublier une chose: la liberté d’expression fait partie du pacte social entre les individus dans une grande démocratie comme le Canada. Et il a donné l’impression qu’il faisait passer les droits de chaque communauté avant les droits de la liberté d’expression. C’était un piège et il est tombé dedans.»

Quel impact cette polémique peut-elle avoir sur la relation franco-canadienne? Pour Jocelyn Coulon, il s’agit plus que d’un simple désaccord entre deux dirigeants et Macron l’a signifié à sa manière:

«Au-delà des divergences ponctuelles sur certains sujets, cette relation est solide et profonde. Il est évident qu’à partir du moment où le Premier ministre du Québec vient exprimer la solidarité du Québec avec la France et que Macron téléphone de lui-même à un Premier ministre provincial pour discuter avec lui de cette question et d’autres, c’est une gifle diplomatique envoyée à Justin Trudeau.»

Lire aussi:

Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Un camp de migrants s'installe dans le centre de Paris, la police intervient - vidéo
Tags:
France, Canada
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook