International
URL courte
Par
0 59
S'abonner

Le parquet néerlandais reconnaît qu’un hacker a utilisé le compte Twitter du Président sortant sans y avoir été autorisé, précisant que l’homme ne sera pas poursuivi en justice car il a agi sans intention malveillante.

L’expert en sécurité informatique néerlandais Victor Gevers, 44 ans, qui a deviné en octobre le mot de passe du compte Twitter de Donald Trump, ne sera pas jugé pour son acte qu’il n’aurait pas commis pour nuire, a déclaré le parquet néerlandais se référant aux résultats d’une enquête menée par l’unité spécialisée en cybersécurité Team High Tech Crime.

Il croit que M.Gevers a effectivement pénétré le compte Twitter de Trump le 16 octobre, mais ses actions permettent de le considérer comme un hacker éthique. En octobre, la Maison-Blanche avait démenti cette connexion. Twitter avait de son côté déclaré n’avoir aucune preuve d’une connexion de l’extérieur.

«La connexion au compte Twitter du Président américain Trump par un hacker éthique néerlandais en octobre 2020 n’est pas passible de poursuites judiciaires. Telle est la conclusion tirée par le parquet après une enquête de la High Tech Crime Team», indique le parquet dans un communiqué.

Pirater pour protéger

Selon lui, l’expert a reconnu avoir piraté le compte de Président sortant le 16 octobre en testant son niveau de protection à la veille de l’élection présidentielle. Après avoir essayé plusieurs variantes du slogan de Donald Trump «Make America Great Again» et de son abréviation MAGA, il est arrivé à «maga2020!», qui a marché.

«Après la connexion réussie, le Néerlandais a tenté de contacter les autorités américaines pour signaler la vulnérabilité identifiée. Il s’est fait connaître et a donné des conseils pour la réparer», note le parquet néerlandais.

La sécurité du compte Twitter du Président républicain aurait ensuite été renforcée, notamment par la mise en place de l’authentification à deux facteurs. Au moment de se connecter, ce système de sécurité envoie un code sur une adresse électronique ou un numéro de téléphone prédéfini pour s’assurer que c’est bien le détenteur du compte qui se connecte.

Des comptes associés à Joe Biden et son équipe aussi testés

M.Gevers a plus tard indiqué au journal Vrij Nederland qu’il avait également essayé de se connecter aux comptes Twitter de Hunter Biden, fils du Président démocrate élu des États-Unis Joe Biden, ainsi que de Kamala Harris et Mike Pence. Il voulait s’assurer que les comptes de ces personnes faisant l’actualité étaient bien protégés.

En 2016, Victor Gevers était déjà parvenu, avec deux autres hackers, à accéder au compte de Donald Trump qui était alors candidat pour son premier mandat présidentiel. À l’époque, M.Trump avait également choisi un mot de passe particulièrement simple: «yourefired» (vous êtes virés), une phrase qu’il avait répétée lors de l’émission de téléréalité The Apprentice.

Lire aussi:

Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Tags:
Parquet néerlandais, Pays-Bas, cybersécurité, sécurité, hackers, Twitter, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook