International
URL courte
Par
121335
S'abonner

La date d’expiration du traité New Start arrivant à grands, Joe Biden s’est empressé d’appeler Vladimir Poutine peu après sa prise de fonctions, a expliqué lors d’un point presse Jen Psaki, porte-parole de la Maison-Blanche.

À peine entré en fonctions, le Président élu Joe Biden s’est entretenu par téléphone avec plusieurs chefs d’État de pays alliés, en Asie comme en Europe, mais également avec Vladimir Poutine, alors que Moscou n’en est «certainement pas» un, selon la porte-parole de la présidence américaine Jen Psaki.

Lors d’un point presse lundi 8 février, il a été demandé pourquoi Joe Biden n’avait toujours pas appelé le dirigeant chinois Xi Jinping, mais déjà téléphoné à son homologue russe.

«Il a eu cette conversation en partie parce que […] la date limite du traité New Start approchait. Au cours de cette conversation, il a dit très clairement que lui et son administration étaient préoccupés par des actions signalées du gouvernement russe», explique-t-elle.

Premier entretien téléphonique Poutine-Biden

Le 26 janvier, au cours de cette conversation, Vladimir Poutine et Joe Biden ont évoqué des dossiers internationaux, notamment le retrait unilatéral des États-Unis du traité Ciel ouvert, le problème du maintien du Plan d'action global commun (JCPoA) concernant le programme nucléaire iranien, l'initiative russe sur l’organisation d’un sommet des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, ainsi que le règlement du conflit en Ukraine.

En outre, les deux Présidents se sont penchés sur la collaboration dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, et ont abordé des questions commerciales et économiques.

Lire aussi:

«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Nouvelle nuit de violences urbaines en banlieue lyonnaise, plus d’une dizaine de voitures incendiées – images
Tags:
Jen Psaki, Moscou, Washington, États-Unis, New START (Traité de réduction des armes nucléaires), Joe Biden, Vladimir Poutine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook