International
URL courte
Par
323642
S'abonner

Avec 233.520 morts du Covid-19, le Brésil est le deuxième pays le plus endeuillé de la planète après les États-Unis. Si les responsabilités de Jair Bolsonaro sont indéniables dans la gestion de la crise, le chef de l’État reste toutefois le favori pour l’élection présidentielle de 2022. Explications avec la journaliste Virginie Jacoberger-Lavoué.

Comme son modèle, le Trump des tropiques aura évité l’impeachment. En réussissant le 1er février à nommer deux alliés à la tête des deux chambres du Congrès brésilien, Jair Bolsonaro peut souffler. Il était menacé par une soixantaine de demandes de destitution. En particulier pour sa gestion de la pandémie. Avec plus de 230.000 morts, son «bilan est assez effroyable», souligne Virginie Jacoberger-Lavoué, auteur de Brésil: voyage au pays de Bolsonaro (éd. du Rocher).

«Il n’est pas qu’un clown. […] On ne peut pas dire qu’il n’est pas un habile tacticien vu la manière dont il a pris le pouvoir. […] Aujourd’hui, on voit qu’il est au pouvoir et, très honnêtement, il a plutôt le champ libre pour 2022 parce qu’il n’y a pas d’opposition.»

Dès le départ, le Président brésilien a vraiment «minimisé» la pandémie, en ironisant sur une «grippette» et le port du masque. Mais le trio des BBB (Bible, balles et bœuf), c’est-à-dire les évangéliques, le lobby des armes et l’agro-business, le soutient plus que jamais. Fait encore plus étonnant, il a connu un regain de popularité en 2020 auprès des plus pauvres grâce à une aide d’urgence adoptée en mars.

Lignes rouges –Jean-Baptiste Mendes reçoit Virginie Jacoberger-Lavoué, journaliste de Valeurs Actuelles et auteur de «Brésil, voyage au pays de Bolsonaro», paru en 2021 aux éditions du Rocher.

Lire aussi:

Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Un prévenu pakistanais exhorte un juge à lui «donner» sa «promise» de 14 ans contre son gré
Scènes de violences urbaines à Lyon entre la police et des habitants d'un quartier – vidéos
Tags:
Spoutnik V, Jair Bolsonaro, Donald Trump, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook