International
URL courte
Par
Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (148)
9441
S'abonner

Les responsables du renseignement américain ont discrètement enlevé les noms de trois hommes inclus «à tort» dans le récent rapport détaillant la mort du journaliste Jamal Khashoggi, a révélé CNN.

Peu de temps après la publication du rapport sur la responsabilité des Saoudiens dans la mort du journaliste Jamal Khashoggi, le document initial a été retiré sans explications et remplacé par une autre version où ont été supprimés les noms de trois hommes, relate CNN.

Le premier lien vers le rapport ne fonctionne plus. La deuxième version a supprimé les noms de trois hommes «ayant participé, ordonné ou étaient autrement complices ou responsables de la mort de Jamal Khashoggi».

Ce changement discret du bureau du directeur du renseignement national (ODNI) est passé en grande partie inaperçu à cause des reproches faits à l’administration Biden qui «ne punissait en aucune façon le prince, alors qu'elle venait de déclarer en des termes non équivoques que Mohammed ben Salmane était responsable», souligne le journal.

Explications

L’ODNI a refusé de préciser pourquoi les noms figuraient dans le rapport initial et quels rôles, le cas échéant, ces personnes auraient pu avoir dans le meurtre de Khashoggi.

«Nous avons mis un document révisé sur le site Web parce que l'original contenait à tort trois noms qui n'auraient pas dû y être inclus», a déclaré un porte-parole de l'ODNI à CNN.

Un haut responsable de l'administration a annoncé à CNN que ce rapport ne contenait aucune nouvelle donnée: «Ce sont des informations qui étaient connues du gouvernement américain et qui ont été communiquées à certains comités et membres du Congrès il y a plus d'un an».

Pourtant, ces trois noms n'avaient pas été mentionnés auparavant.

Personnes concernées

Le premier des trois est Abdulla Mohammed Alhoeriny, lequel n'avait jamais été mentionné en lien avec la mort de Khashoggi.

Selon une personne familière avec le fonctionnement interne des services de renseignement saoudiens, il s’agit du frère du général Abdulaziz bin Mohammed al-Howraini, un ministre en charge de la présidence de la Sûreté de l'État qui supervise plusieurs agences de renseignement et de contre-terrorisme. Abdulla (comme il est orthographié par l’ODNI) apparaît dans les rapports saoudiens en tant que chef adjoint de la sécurité de l'État pour la lutte contre le terrorisme, précise la chaîne.

Les deux autres sont Yasir Khalid Alsalem et Ibrahim al-Salim, dont les rôles ne sont pas connus pour le moment.

Les trois hommes ne font pas partie des 18 personnes qui ont été sanctionnées par les États-Unis pour le meurtre de Khashoggi.

Dossier:
Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (148)

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Tags:
Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Mohamed Ben Salmane, Mohammed Ben Salman, États-Unis, affaire Khashoggi, Jamal Khashoggi
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook