International
URL courte
Par
15502
S'abonner

Après le blocage des comptes de nombreux Russes qui ont critiqué les manifestations organisées en janvier dernier par les sympathisants d’Alexeï Navalny, le Service russe de supervision des télécommunications a exigé de Facebook «les documents confirmant les activités illégales» sur ces pages.

Le Service russe de supervision des communications, des technologies de l'information et des médias, Roskomnadzor, a demandé à Facebook de lui expliquer les raisons du blocage par sa filiale Instagram, de comptes de Russes ayant critiqué les manifestations de janvier. Celles-ci avaient été organisées par des sympathisants d’Alexeï Navalny mais n’avaient pas reçu le feu vert des autorités, notamment en raison de la situation sanitaire.

«Selon la déclaration de Facebook, ces comptes Instagram ont publié des documents critiquant les actions non autorisées qui ont eu lieu à Moscou en janvier 2021», indique la structure sur son site.

Roskomnadzor a exigé de la part de la direction de la société de lui donner la liste des comptes bloqués ainsi que «les documents confirmant les activités illégales» sur ces pages.

«Des tentatives d’induire en erreur»?

Facebook avait précédemment annoncé avoir repéré et supprimé en février 530 comptes Instagram russes dont l’accès avait été limité pour «des tentatives coordonnées d’induire les autres en erreur». Selon la société américaine, ces comptes critiquaient les actions en faveur d'Alexeï Navalny.

Des manifestations non autorisées se sont tenues dans plusieurs villes de Russie les 23 et 31 janvier. Plusieurs milliers de dossiers administratifs ont été ouverts par la suite, rien qu’à Moscou. En outre, des poursuites pénales ont été engagées pour violation des règles sanitaires et attaques contre les forces de l’ordre.

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Tags:
Russie, Instagram, Alexeï Navalny
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook