International
URL courte
Par
15647
S'abonner

La diplomatie américaine est sur tous les fronts. En Europe au sommet de l’Otan, les 23 et 24 mars, et la semaine précédente en Asie pour y renforcer ses liens avec ses partenaires japonais et indiens au sein du Quad. Celui-ci n’est pourtant pas un front militaire contre la Chine, selon Marianne Peron-Doise, spécialiste de l’Asie-Pacifique.

Le Quad (Quadrilateral Security Dialogue) «est peut-être effectivement l’alliance d’un certain nombre de partenaires pour faire contrepoids à l’influence et aux avancées chinoises», considère Marianne Peron-Doise, spécialiste de l’Asie-Pacifique.

Ce «forum de dialogue» entre les États-Unis, l’Inde, le Japon et l’Australie, créé en 2007 et relancé par Donald Trump, quatre pays qui ont opéré conjointement des exercices militaires navals dans le Golfe du Bengale en novembre 2020, n’est pourtant pas «une mini-Otan asiatique» dirigée contre la Chine, tempère-t-elle. Notamment parce que l’Inde est «loin de vouloir s’aligner sur un schéma militaire aussi inclusif.» Alors que le sommet de l’Otan s’est tenu ces 23 et 24 mars à Bruxelles, la spécialiste ajoute qu’il n’existe pas d’article 5 pour le Quad, cette garantie de sécurité du Traité de l’Atlantique nord qui fait «qu’automatiquement en cas d’attaque, le groupe se portera au secours du membre attaqué.»

Lignes rouges –Jean-Baptiste Mendes reçoit Marianne Peron-Doise, spécialiste de l’Asie-Pacifique, en stratégie et sécurité maritime. 

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Tags:
Nouvelles routes de la soie, OTAN, guerre froide, États-Unis, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook