International
URL courte
Par
82411
S'abonner

Afin de disperser plusieurs dizaines de Kurdes, qui se sont introduits dans le bâtiment de l'Agora du Conseil de l'Europe ce lundi 5 avril, les forces de l’ordre strasbourgeoises se sont servies de gaz lacrymogène. Des manifestants ont exigé la libération du chef du Parti des Travailleurs du Kurdistan, détenu en Turquie depuis 1999.

Une trentaine de Kurdes venant d’Allemagne se sont introduits ce 5 avril dans l'enceinte de l'Agora du Conseil de l'Europe, dans la capitale alsacienne, rapportent Les Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA). Les forces de l’ordre les ont délogés de l’enceinte en ayant recours à du gaz lacrymogène.

Selon le quotidien régional, les manifestants qui ont pénétré dans le bâtiment de l’organisation dont la Turquie fait partie depuis 1950, lançaient des bouteilles d'eau sur les policiers, criaient des slogans en kurde et réclamaient la libération d’Abdullah Öcalan, leader du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK). Des manifestations au nom de la libération de l’activiste kurde se tiennent annuellement dans cette ville où se situe la Cour européenne des droits de l’homme.

Prisonnier depuis une vingtaine d’années

Arrêté par les services de renseignement turcs au Kenya en février 1999, Abdullah Öcalan est condamné à mort pour activités terroristes et haute trahison en juin de la même année. Par la suite, cette punition a été transformée en emprisonnement à perpétuité sans droit à l'amnistie. Depuis ce temps, le fondateur du PKK, mouvement considéré par ailleurs comme terroriste par l’UE, est détenu dans la prison turque située sur l’île d’Imrali dans le sud de la mer de Marmara.

La lutte armée menée par le PKK au nom de l’autonomie kurde depuis 1984 a fait plus de 40.000 morts.

La plus grande nation sans État

Les Kurdes vivent dispersés entre plusieurs pays frontaliers et sont considérés comme la nation la plus grande ne disposant pas de son propre État. Selon les estimations de l’institut Kurde de Paris, disponible sur site de l’organisation, les Kurdes sont plus nombreux en Turquie, avec environ 20 millions de représentants de cette nation habitant à la fois au Kurdistan turc et dans la partie turque de la Turquie. Environ 12 autres millions vivent en Iran, 8,4 millions en Irak et de 3 à 3,5 millions en Syrie. Dans ces quatre pays, le pourcentage courant de Kurdes dans la population totale peut varier de 15% en Syrie à 25% en Turquie, précise l’institut.

Lire aussi:

L’athlète biélorusse Krystsina Tsimanouskaya reçoit un visa humanitaire de la Pologne
La politique vaccinale en France «fait assez sourire en Belgique», selon un épidémiologiste
«J’ai un rendez-vous avec le Kremlin», ironise Philippot au sujet de ceux qui le financent – vidéo
«Pas le droit de marcher sur leur trottoir»: le tournage d’une série Netflix à Paris pose problème aux habitants
Tags:
Conseil de l'Europe, Kurdes, manifestation, Strasbourg
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook