International
URL courte
Par
Explosion au site nucléaire de Natanz (avril 2021) (9)
8034147
S'abonner

Une panne de courant qui semble avoir été causée par une explosion délibérément planifiée a frappé dimanche 11 avril le site d’enrichissement d’uranium de Natanz en Iran. Des responsables du renseignement américain évoquent le rôle d’Israël. Ce 12 avril, l’État hébreu a été ouvertement pointé du doigt par le chef de la diplomatie iranienne.

Des responsables du renseignement américain ont déclaré que l’explosion sur le site nucléaire iranien de Natanz pourrait empêcher l'Iran d'enrichir de l'uranium pendant des mois et ont confirmé le rôle israélien, rapporte le New York Times.

Téhéran fustige une «vengeance des sionistes»

L'Iran accuse Israël, principal rival régional, de l'incident de dimanche sur le site nucléaire de Natanz et compte prendre sa revanche, a déclaré lundi le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, cité par la télévision d'État.

«Les sionistes veulent se venger à cause de nos progrès en matière de levées de sanctions ... Ils ont déclaré publiquement qu'ils ne le permettraient pas. Mais nous prendrons notre revanche sur les sionistes», a-t-il martelé.

Une explosion délibérément planifiée

Selon les sources du New York Times, les données sur l’incident restent fragmentaires. Une panne de courant semble avoir été causée par «une explosion délibérément planifiée». Le NYT indique que des responsables des renseignements américain et israélien y ont reconnu un rôle de l’État hébreu.

Deux responsables du renseignement informés sur les dégâts ont précisé au journal que ces derniers avaient été causés par une puissante explosion qui a complètement détruit le système d'alimentation interne indépendant - et fortement protégé - qui alimente les centrifugeuses souterraines.

Pas moins de neuf mois pour reprendre l’enrichissement de l’uranium

Les responsables, qui se sont exprimés sous couvert d’anonymat, avancent que l’explosion a porté un coup dur à la capacité de l’Iran à enrichir de l’uranium et qu’il faudra au moins neuf mois pour rétablir la production de Natanz.

Israël a publiquement refusé de confirmer ou de nier toute responsabilité.

Pas de victimes ni de contamination

Dimanche 11 avril, l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA) avait annoncé une panne d’électricité sur le site d’enrichissement d’uranium de Natanz dans le centre de l’Iran. L’incident n’a pas fait de victime et n’a pas produit de contamination. Ali Akbar Salehi, président de l’OIEA, l’a qualifié d’acte de terrorisme nucléaire.

La télévision officielle a annoncé plus tard dans la journée que le porte-parole de l'organisation, Behrouz Kamalvandi, avait subi des fractures lors de l’incident, mais que son état était stable.

Selon la radio israélienne Kan, les services de renseignement israéliens seraient à l’origine d’une cyberattaque contre le site de Natanz.

Israël, qui considère l’Iran comme un adversaire, avait déjà été soupçonné d’avoir saboté les activités nucléaires de l’Iran, avec des tactiques allant des cyberattaques aux assassinats purs et durs. Israël est soupçonné d’avoir orchestré les meurtres de plusieurs scientifiques nucléaires iraniens ces dernières années, y compris une embuscade contre un développeur clé de son programme nucléaire en novembre dernier.

Israël, par principe, ne confirme ni ne nie ces actions.

L'explosion de Natanz est advenue moins d’une semaine après que la diplomatie de l’administration Biden et l'Iran ont participé aux nouveaux pourparlers à Vienne visant à relancer l'accord nucléaire abandonné par M.Trump, qui l'avait décrit comme «le pire marché» et un cadeau à l’Iran.

Dossier:
Explosion au site nucléaire de Natanz (avril 2021) (9)

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Israël envoie plus de 80 chasseurs pour frapper 150 cibles militaires dans la bande de Gaza - vidéo
Tags:
sabotage, usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook