International
URL courte
Par
3119143
S'abonner

Installés dans leurs fauteuils, les jambes allongées sur le bord de la passerelle de l'USS Mustin, deux commandants de la marine américaine ont été photographiés en train d’observer le porte-avions chinois Liaoning. Parallèlement, les tensions dans la zone continuent de s’intensifier entre Pékin et Washington.

Une scène inédite s’est produite le 4 avril, entre la mer des Philippines et la mer de Chine méridionale à proximité du détroit de Luzon, alors que les tensions dans cette zone située à proximité de Taïwan demeurent fortes. Deux commandants américains ont été immortalisés avec face à eux un porte-avions chinois.

La photo en question a été publiée par le journaliste militaire Chris Cavas. L’un des deux officiers américains est confortablement installé dans un fauteuil, les jambes étendues sur le bord de la passerelle du bâtiment, le deuxième marin se tient à côté.

«Image très inhabituelle du commandant et de l'officier exécutif du destroyer USS Mustin DDG89 alors qu'ils observent le porte-avions chinois Liaoning-16 dans la mer des Philippines le 4 avril. L’US Navy fait rarement connaître à la fois ses efforts pour observer les navires chinois et le fait que les navires chinois observent les navires américains», a-t-il ajouté.

Cette image ne fait qu’illustrer les tensions dans cette zone entre la Chine, Taïwan et les États-Unis. Pékin considère que l'île autonome de Taïwan fait partie de son territoire, mais Washington ne reconnaît pas cette revendication territoriale.

Selon une image satellite, le destroyer américain était très proche du porte-avions chinois.

Les États-Unis accumulent leurs forces dans la zone

Parallèlement, la Chine revendique aussi sa souveraineté sur la mer de Chine méridionale, et l'US Navy multiplie par conséquent ses sorties dans cette mer lors d'exercices destinés à garantir le principe de «liberté de navigation».

Ainsi, le destroyer lance-missiles américain USS John S. McCain a effectué un «transit de routine» à travers le détroit de Taïwan, a annoncé la marine américaine le 7 avril. L’US Navy a souligné que l'armée continuerait de voler, de naviguer et d'opérer partout où le droit international le permet.

En réponse, Pékin a accusé les États-Unis d'être à l'origine des tensions autour de Taïwan après le passage d'un navire de guerre américain à proximité de l'île, revendiquée par la Chine.

«Un navire de guerre chinois pourrait-il aller dans le golfe du Mexique pour faire une démonstration de force?», s’est interrogé alors Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Le groupe aéronaval américain formé autour du porte-avions USS Theodore Roosevelt est également présent sur zone.

Washington met en garde une Chine «de plus en plus agressive»

Le 11 avril, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a mis en garde une Chine «de plus en plus agressive» contre toute tentative de changer le statu quo autour de Taïwan, affirmant qu'il s'agirait d'une «grave erreur». Cet avertissement a été fait après que Taïwan a rapporté des intrusions d'avions chinois dans sa zone aérienne de défense.

«Ce que nous voyons, et ce qui nous inquiète vraiment, ce sont des actions de plus en plus agressives de la part des autorités de Pékin en direction de Taïwan», a dit M.Blinken dans une interview diffusée dimanche sur NBC News.

Le chef de la diplomatie américaine a rappelé que les États-Unis avaient un engagement envers le territoire «pour assurer que Taïwan ait la capacité de se défendre et pour soutenir la paix et la sécurité dans l'ouest du Pacifique».

Rapprochement de plus en plus étroit entre Taïwan et Washington

Le 9 avril, le département d’État a annoncé qu'il faciliterait les contacts entre responsables américains et représentants taïwanais. Les États-Unis continueront ainsi de reconnaître en Pékin le gouvernement légitime chinois, comme c'est le cas depuis 1979, mais devraient en finir avec les règles alambiquées restreignant les contacts avec Taipei.

La décision «souligne le fait que Taïwan est une démocratie vivante et un partenaire sécuritaire et économique important, qui est aussi une force pour le bien dans la communauté internationale», a-t-il dit.

Dans le même temps, les premiers échanges entre Pékin et Washington de l’ère Biden ont été intenses. Ayant eu place en Alaska, la rencontre entre le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et son homologue chinois s’est terminée par des reproches réciproques.

Engagement de la France dans la zone

La France ne s’est pas épargné des tensions avec Pékin dans la zone. Début mars, la Chine s'est opposée fermement à une augmentation de la présence militaire d'autres pays dans la mer de Chine méridionale après l’annonce du passage de navires de la marine française à travers cette zone maritime.

Selon le South China Morning Post, le 18 février, deux navires de la marine française, le porte-hélicoptère Tonnerre et la frégate Surcouf, ont quitté le port méditerranéen de Toulon pour participer à des exercices conjoints avec les marines japonaise et américaine dans l'océan Pacifique en mai. Sur leur chemin, les navires ont traversé les eaux de la mer de Chine méridionale.

Lire aussi:

Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
Trois roquettes tirées en direction d'Israël depuis le territoire syrien
Tags:
France, Mer de Chine méridionale, mer de Chine méridionale, Chine, Taïwan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook