International
URL courte
Par
3173
S'abonner

En première instance, le programmeur Alexander Vinnik avait écopé de cinq ans de prison pour blanchiment de fonds. Son procès en appel s’est ouvert ce 18 mai à Paris. La défense a cité sa mère comme témoin. L’occasion de découvrir que la famille de celui que les médias surnomment Mr. Bitcoin n’a même plus de quoi payer ses avocats! Reportage.

Le procès en appel du programmeur Alexandre Vinnik s’est ouvert ce 18 mai devant la cour d’appel de Paris. Une journée a été consacrée à l’enquête de personnalité. Il s’agit d’une procédure courante permettant à l’autorité judiciaire de brosser un portrait du prévenu et d’analyser son image et son comportement général en interrogeant des membres de son entourage.  La mère de l’accusé, Vera Vinnik, citée par la défense –Me Frédéric Belot et Me Zoé Konstantopoúlou–, s’est présentée à la barre. Éprouvante, la séance a duré toute la journée. Ce qui, dans le langage officiel, répond à la définition «des éléments d'appréciation sur la personnalité de l'intéressé, son mode de vie présent ou passé, sa situation matérielle, sociale et familiale», résume la vie de l’être humain qui comparaît.

Vivant dans la périphérie de Moscou, Vera Vinnik élève ses deux petits-enfants, âgés de 11 et 6 ans, depuis la mort brutale de la femme du programmeur le 11 novembre dernier. Ses revenus modestes, la fermeture des frontières, ses obligations auprès de la famille d’Alexandre en Russie ont empêché tout contact physique avec son fils emprisonné actuellement à la maison d’arrêt de la Santé à Paris. Ce 25 mai, Vera Vinnik l’a revu pour la première fois depuis janvier 2020 et son extradition de Grèce vers la France.

«À l’époque, il y avait une telle agressivité de la part des juges! Désormais, les juges sont plus compréhensifs. Je suis reconnaissante qu'ils nous aient écoutés, qu’ils m’aient laissée parler. Mais je vois Alexandre tellement déprimé!» a confié Véra Vinnik au micro de Sputnik.

D’après l’impression de sa mère, Alexandre Vinnik serait «devenu plus concentré, [il] a commencé à mieux comprendre ce qui se passait et comment». Le 7 décembre dernier, la justice française l’avait jugé coupable d’avoir blanchi des milliards de dollars via une plate-forme d’échange de cryptomonnaie, BTC-e, sans licence des autorités américaines. Le programmeur a fait appel de sa condamnation prononcée à cinq ans de prison et 100.000 euros d’amende pour «blanchiment en bande organisée». Un verdict  prononcé le 7 décembre dernier par la 13e chambre correctionnelle du tribunal de Paris.

La sincérité d’un témoignage maternel

Vera Vinnik pense avoir réussi à transmettre au juge sa vision de la personnalité d'Alexandre. Elle a décrit le train de vie modeste de sa famille, qui n’aurait pas changé malgré les soupçons d’enrichissement personnel pesant sur Alexandre Vinnik. «Je ne paie pas les avocat parce que je n’ai plus rien pour payer. Les gens ne me prêtent plus d’argent», explique Vera Vinnik à la barre.

«J’ai été très calme, car je n'avais rien à inventer. Je n'avais pas à mentir. J'ai regardé le juge droit dans les yeux. Comme je n'avais rien à cacher, c'était très facile pour moi», assure Vera Vinnik.

La mère du prévenu espère que sa franchise sera perçue positivement par le tribunal. Elle reste persuadée qu’«aucune situation dans le monde» n’est pire que celle de ses petits-enfants, privés de leurs deux parents.

«Après tout, les juges sont aussi des femmes, des mères, des grand-mères. Je pense avoir touché leur part d'humanité. Un rouleau compresseur est passé sur notre famille. Nous sommes noyés dans le chagrin», rapporte Vera Vinnik.

Deux autres pays −la Russie et les États-Unis (qui ont initié l'arrestation de Vinnik)− ont demandé son extradition. Le 5 octobre 2017, le tribunal de Thessalonique a autorisé l’extradition d’Alexandre Vinnik vers les États-Unis. Vera Vinnik espère qu'Alexandre ne sera pas extradé. Mais, «pour être franche, étant donné l'attitude de l'Europe et de l'Amérique à l’égard de la Russie», elle n’y croit pas beaucoup.

L’enquête de personnalité, moment clé du procès

La journée consacrée à l’enquête de personnalité d'Alexandre Vinnik, éprouvante pour sa mère, semble avoir été accueillie par une attention extrême par la cour. Selon Frédéric Belot, l’avocat français du programmeur, cette partie du procès «permet à la cour de comprendre si le prévenu est capable de faire ce pour quoi il est jugé aujourd’hui». Une appréciation essentielle pour déterminer la peine.

«Au regard du fait que Vinnik est le père de deux enfants qui sont orphelins de leur mère, la détermination de la peine tiendrait compte de la situation personnelle du prévenu», précise Fréderic Belot.

Depuis son arrestation en 2017 en Grèce, Alexandre Vinnik est incarcéré dans des pays où personne ne parle sa langue. Son état psychologique et l’attention que requiert son procès ne lui laissent guère de temps ni de forces pour progresser en français.

«Il est placé à l'isolement, il n'a aucun contact physique avec d'autres personnes. Il est dans la situation où l’isolement porte atteinte à ses capacités intellectuelles. Il nous a parlé de troubles de mémoire», plaide son avocat.

Une expertise psychologique est demandée par la défense, «afin de déterminer si Alexandre Vinnik peut être extradé ou pas vers les États-Unis, où il risque cinquante ans de prison».

Lire aussi:

«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Francis Lalanne choque en liant le malaise cardiaque d’Eriksen au vaccin anti-Covid
Le geste désespéré d’un Algérien en situation irrégulière qui voulait quitter la France
Le général Lecointre quitte son poste au commandement des armées
Tags:
Tribunal de Paris, fraude, Bitcoin, Alexandre Vinnik
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook