International
URL courte
Par
0 56
S'abonner

Des groupes de défense de l'environnement ont condamné le soutien de l'administration du président américain Joe Biden à un projet d'exploitation pétrolière de ConocoPhillips en Alaska, précédemment approuvé sous le mandat de Donald Trump.

Les militants pour le climat avaient pourtant été encouragés par l'initiative de Joe Biden, peu après sa prise de fonctions, de réintégrer les États-Unis dans l'accord de Paris et révoquer le permis de construction du projet d'oléoduc Keystone XL en début d'année.

Le soutien mercredi de l'administration Biden au projet Willow d'exploitation pétrolière en Alaska a donc constitué une douche froide pour les groupes environnementaux, qui avaient largement soutenu la candidature de Joe Biden lors de la campagne présidentielle.

En octobre, l'administration Trump a approuvé le plan de développement du projet Willow estimé à plus de deux milliards de dollars (1,64 milliard d'euros) avant que celui-ci ne soit bloqué sur décision de justice.

«Outrepasser l'avis d'une autorité administrative pour favoriser une industrie qui échappe à tout contrôle et mettre par ailleurs l'impasse climatique sur le dos du Congrès, c'est très maladroit», a souligné à Reuters John Noel, militant chez Greenpeace USA.

D'après Politico, le projet Willow a été discuté lors d'une réunion lundi entre Joe Biden et les deux sénateurs républicains de l'Alaska, Lisa Murkowski et Dan Sullivan.

«Ils ouvrent une voie à l'industrie pétrolière et gazière pour causer des dommages irréparables à la santé publique et aux habitats sauvages des communautés de l'Arctique», a déploré auprès de Reuters Gregory Stewart, président juridique du comité exécutif de la section Alaska du Sierra Club.

Earthjustice, un autre groupe environnemental, a déclaré que le projet de forage pétrolier était en contradiction avec le leadership historique de Joe Biden en matière de climat.

L'Alaska Wilderness League a quant à elle affirmé que la décision, qualifiée d'«incroyablement décevante», faisait fi des préoccupations des communautés autochtones.

Lire aussi:

Genou à terre des joueurs de l’équipe de France: «Un signe de soumission idéologique»
Les États-Unis vont-ils utiliser la mer Noire comme prochaine zone de conflit contre la Russie?
Une sénatrice française appelle directement à l'ingérence en Algérie
Tags:
climat, Alaska, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook