International
URL courte
Par
4621115
S'abonner

Selon Varsovie, les drones de combat Bayraktar achetés à la Turquie permettront de renforcer les frontières est de l’Otan. Ces engins suscitent visiblement l’intérêt de plusieurs autres pays de l’Europe de l’Est.

Varsovie augmentera ses capacités de combat à ses frontières orientales notamment grâce aux drones de combat d'altitude de croisière moyenne Bayraktar TB2 achetés à la Turquie, comme l’a annoncé le ministre polonais des Affaires étrangères Zbigniew Rau à l'agence Anadolu, en marge du Forum diplomatique d'Antalya tenu du 18 au 20 juin.

«Nous sommes sûrs que cela renforcera les capacités de l'armée polonaise et contribuera au renforcement du flanc oriental de l'Otan», a-t-il déclaré. 

Coopération au sein de l’Otan

La Pologne avait en effet conclu il y a un mois un contrat avec Ankara sur l’achat de 24 engins de ce type. «Nos deux pays [la Turquie et la Pologne] (…) sont confrontés à des menaces de sécurité à nos frontières», a-t-il ajouté.

Selon le ministre, cette coopération peut accroître la sécurité et la stabilité de la zone euro-atlantique et renforcer le flanc oriental de l'Otan. Les deux pays discutent de moyens pour renforcer la coopération de l'Alliance avec la Géorgie et l'Ukraine, a-t-il encore indiqué.

Des drones populaires en Europe de l’Est

Les drones Bayraktar s’avèrent populaires auprès des pays d’Europe de l’Est. Ainsi, ils ont été achetés par l’Ukraine, qui s’apprête à augmenter leur nombre dans son armée de l’air. Varsovie et Kiev ont laissé à entendre que la décision d’en acquérir avait été prise après les succès azerbaïdjanais dus à ces drones lors du récent conflit du Haut-Karabakh, note un commentateur du magazine militaire russe Voïennoïe obozrenie.

Le ministre letton de la Défense a lui aussi visité, début juin, une usine de fabrication de Bayraktar TB2 en Turquie. Or, pour l’instant, aucune intention de Riga n’a été annoncée concernant un éventuel achat.

La Lituanie, pour sa part, n’exclut pas la possibilité d’en commander à la Turquie. Le Président Gitanas Nauseda a rencontré Erdogan en prévision du récent sommet de l’Otan à Bruxelles et leur entretien a notamment porté sur l’achat d’armements turcs, relatent les médias lituaniens. Mais les discussions plus concrètes ont été reportées à plus tard.

Lire aussi:

Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Lassé du bâton occidental, le Liban se tourne vers la carotte de Téhéran, Moscou et Pékin
Tags:
OTAN, Turquie, défense, Pologne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook