International
URL courte
0 10
S'abonner

La justice jordanienne a condamné lundi un ancien confident du roi, Bassem Awadallah, et un membre de la famille royale d'un rang plus modeste à 15 ans de prison pour avoir tenté de déstabiliser la monarchie.

La justice a déclaré avoir eu la preuve que ces accusations étaient fondées et qu'ils avaient tenté de nuire à la monarchie en soutenant le prince héritier déchu Hamza.

Ces accusations, qui ont ébranlé la Jordanie, ont révélé des dissensions au sein de la famille hachémite au pouvoir, jusqu'alors un symbole de stabilité dans une région volatile ces dernières années.

Bassem Awadallah, un ancien ministre des Finances qui a engagé des réformes économiques libérales en Jordanie, a plaidé non coupable des accusations d'agitation visant à saper le système politique, d'actes menaçant la sécurité publique et de sédition.

La justice a rejeté la requête de la défense, qui souhaitait convoquer plus d'une vingtaine de témoins, dont le prince Hamza, qui a échappé à toute sanction en avril dernier après avoir prêté allégeance au roi Abdallah.

Lire aussi:

Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Lassé du bâton occidental, le Liban se tourne vers la carotte de Téhéran, Moscou et Pékin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook