International
URL courte
Par
215
S'abonner

Les forces gouvernementales afghanes ont repris le contrôle d'un important poste-frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan brièvement capturé par les taliban, a déclaré jeudi un haut responsable du gouvernement de Kaboul, une affirmation démentie par les insurgés islamistes.

Les taliban se sont emparés mercredi du poste de Spin Boldak-Chaman, deuxième point de passage le plus important entre Afghanistan et Pakistan, qui constitue une importante source de revenus pour le gouvernement afghan.

Mais les forces afghanes ont repris quelques heures plus tard le contrôle du marché principal de la ville-frontière, ainsi que le bâtiment des douanes et plusieurs autres installations gouvernementales, a déclaré à Reuters un haut responsable du gouvernement basé dans la province de Kandahar, où se situe Spin Boldak.

Les forces gouvernementales, qui s'étaient initialement repliées pour minimiser les pertes humaines, menaient des opérations de "nettoyage", a ajouté ce responsable.

Il a cependant prévenu que la situation restait fragile, les taliban dépassant en nombre les forces de sécurité afghanes dans la région.

Zabihullah Mujahid, porte-parole des taliban, a déclaré quant à lui que le groupe islamiste tenait toujours le poste-frontière.

"Ce n'est que de la propagande et une affirmation sans fondement de l'administration de Kaboul", a-t-il dit à Reuters.

Les affrontements entre taliban et forces gouvernementales afghanes se sont intensifiés depuis que les Etats-Unis et l'Otan ont entrepris de retirer leurs contingents du pays.

Les taliban ont annoncé la semaine dernière contrôler plus de 85% du territoire afghan.

Lire aussi:

Pass sanitaire: des sanctions «totalement disproportionnées» pour les récalcitrants?
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Tags:
conflit, Pakistan, Afghanistan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook