International
URL courte
Par
14433
S'abonner

Plusieurs sénateurs, membres du bureau du groupe d’amitié France-Maroc au Sénat français, ont souligné mardi l’excellence des relations entre les deux pays, appelées à se renforcer davantage pour relever ensemble les différents défis communs.

Le président du groupe, Christian Cambon, et les vice-présidente du groupe, Catherine Morin-Desailly, présidente de la commission de la culture et de la communication, et Catherine Duma, ont souligné, dans une déclaration à la MAP en marge d’une rencontre des membres du bureau du groupe d'amitié avec l’ambassadeur du Maroc à Paris, Chakib Benmoussa, le rôle important joué par le Royaume dans son environnement régional et sa contribution à la sécurité en Afrique et dans le pourtour méditerranéen.

À cette occasion, M. Cambon, également président de la commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, a relevé que si le Covid-19 qui a ralenti les échanges habituels, «grâce à la politique dynamique que le Maroc mène contre la pandémie sous l’autorité de SM le Roi et ce que nous faisons en France, nous allons pouvoir finalement libérer nos initiatives».

«Nous avons été très attentifs aux événements qui ont marqué l’histoire récente», a affirmé M. Cambon, qui a rappelé ses positions sur le différend entre le Maroc et l’Espagne ainsi que sur le vote du parlement européen, faisant observer que «nous avons regretté la politisation absurde d’une affaire qui ne relève réellement pas de la responsabilité des eurodéputés».

«Sur le Sahara, nous nous sommes félicités de la position américaine renouvelée par le président Joe Biden», a-t-il dit, saluant la pertinence de l’initiative marocaine d’autonomie pour un règlement pacifique et définitif de la question du Sahara en faveur d’une région maghrébine «dynamique”, «pacifique” et qui «nous aide à maintenir l’ordre dans le Sahel où les choses ne vont pas bien».

Le Maroc, de par «sa présence et ses actions” au Sahara marocain, assure sa propre sécurité, «mais aussi celle de l’Europe», a-t-il dit, ajoutant que «nous sommes très reconnaissants de ce que l’action du Maroc, sous la conduite de SM le Roi, nous apporte au Sahel».

«La France est très engagée. Nous essayons de lutter contre le terrorisme et le djihadisme qui font tant de dégâts, nous apprecions vivement l’appui très efficace que nous apporte le Maroc», a déclaré M. Cambon.

De son côté, Catherine Morin-Desailly, sénatrice de la Seine Maritime, a rappelé l’excellence de la relation entre les deux pays, faisant observer que le Maroc et la France ont beaucoup d’éléments en partage; «la Méditerranée, des valeurs, des souvenirs et des projets également».

L’enjeu pour le groupe d’amitié France-Maroc au sénat consiste à poursuivre cette relation «excellente» et à tisser des liens toujours plus forts, tout particulièrement pour la jeunesse et dans le domaine de l’éducation, a-t-elle affirmé.

Face aux différents enjeux auxquels font face les deux pays, l’Europe et l’Afrique, la sénatrice a souligné que le Maroc «est à la charnière et ambitionne d’être un hub pour l’Afrique et la plateforme de départ de beaucoup d’initiatives” et développe des écoles et des universités et une offre de formation dont l’Afrique aura besoin dans les années à venir.

La sénatrice Catherine Dumas a félicité le Royaume pour sa «très bonne” gestion de la crise sanitaire mondiale, mettant en avant le climat de sécurité, de stabilité et de quiétude qui distingue le Maroc.

La sénatrice française est revenue sur les enjeux communs aux deux pays notamment dans le domaine de la formation sur des sujets qui concernent l’art de vivre marocain et français, la gastronomie, les métiers d’art, mettant en avant le rôle de la culture dans la connaissance mutuelle entre les peuples des deux pays.

Par la même occasion, elle a souligné le rôle très actif des groupes d’amitié France-Maroc au Sénat français et Maroc-France à la Chambre des conseillers pour le rapprochement entre les deux pays et pour lutter contre la désinformation véhiculée par certains milieux.

Lire aussi:

Le Conseil constitutionnel valide l'extension du pass sanitaire mais censure l'isolement obligatoire
Un ministre assure que l’État prendra en compte les «remarques» du Conseil constitutionnel, pourtant obligatoires
Le fils du chah d'Iran exhorte l'Occident à donner le coup de grâce à la République islamique
Tags:
Maroc, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook